10 bonnes raisons de ne pas venir en Ardenne (faire du Trail) !

6

Aujourd’hui, je vous donne 10 bonnes raisons de ne pas venir en Ardenne faire du Trail! Cela n’en vaut vraiment pas la peine. D’ailleurs, il vaut mieux leur laisser sinon ils vont vous embrigander dans leurs 3e mi-temps et vous n’en reviendrez pas !

Salut à toi étranger ! Tu te rends dans le sud de la Belgique pour faire du Trail ? N’es-tu pas fou ? L’Ardenne va te faire tourner la tête à te rendre dingue et tu ne penseras qu’à une chose : revenir !

Voilà pourquoi, dans mon infinie bonté, je me permets de te donner 10 bonnes raisons pour ne jamais venir en Ardenne !

1. « Plat pays ? Mon c** ! »

Si d’aventure, un ardennais vous a invité à courir dans sa région. Cette expression va sans doute rapidement devenir votre maxime, votre mantra, votre devise voire votre prière. En effet, vous pensiez faire une sortie tranquille et roulante avec le vent dans le dos sur un chemin avec une pente de 0,00001% ?

Et bien, c’est raté. En Ardenne, ça n’existe pas ! Ça monte, ça descend, il y a un gué puis ça remonte et ça redescend, il y a un peu de plat avant de remonter… pour redescendre… Les côtes ne sont pas longues mais aussi sèches que la fumée de tabac de la Semois sortant de la pipe d’un antique ardennais.

L’Ardenne, c’est une véritable tôle ondulée où l’on peut parfois cumuler 1000D+ en 20 bornes.

Si malgré ce conseil, tu persistes à venir en Ardenne, arme-toi de ténacité et courage parce que ça va aller droit dans le pentu !

Entraînement en côte OHM Trail Dénivelé2. Il y a trop de forêts

Vous avez craqué ? Vous vous retrouvez à courir avec votre ami ardennais. J’espère que vous aimez la forêt !

En effet, la forêt ardennaise, connue à l’époque romaine sous le nom d’Arduenna Silva, était la plus grande forêt de Gaule.

Fortement réduite au cours de l’Histoire, il n’en reste pas moins que les massifs forestiers ardennais sont parmi les plus beaux et les plus riches d’Europe. Toutes ces forêts sont à découvrir ICI.

Si vous aimez les grandes étendues vides, il est impératif de passer votre chemin. Seul un forestier dans l’âme trouvera son bonheur dans cette sombre forêt qui couvre vallées et plateaux. Parce que c’est bien beau, on lit partout que la forêt apporte bien être, relaxation, etc etc. Cependant, s’y perdre pendant trois jours et être obligé de manger des baies, je ne pense pas que cela soit source de paix intérieure. Il ne faut pas pousser. On n’est pas ici dans un remake d’Into the Wild !!

3. On y parle le Wallon

Malgré cela, les ardennais feront tout pour que vous vous retrouviez dans la situation de Christopher McCandless. Cela passe par leur langue étrange, le wallon, qu’ils utilisent un maximum en présence d’un étranger. Dès lors, il vous faudra ruser à l’infini afin de trouver votre chemin au milieu des toponymes wallons :

Le gué de Tîbiéwè, À Betch do fî, Trô do Gayet, les Baiwés…

L’Ardennais et plus généralement le Wallon fait donc, vous l’aurez remarqué, tout pour vous perdre au milieu des bois qui, pour rappel, couvre une grande partie du territoire. Au pari, l’Ardennais part donc largement gagnant.

4. Les traileurs ne se prennent pas la tête

Si vous aimez vous prendre la tête, passez franchement votre chemin. En Ardenne, on rigole, on s’amuse. On n’en a cure de savoir si vous avez la dernière Garmain Fortruc 3554 ou les nouvelles Salemormon S-Lurb Sensitive.

De toute façon, ça ne vous empêchera pas de vous perdre et de finir à la ramasse après une sortie bien casse-patte en mode « Barkley ».

D’ailleurs sur les courses, ne vous enfuyez pas si vous voyez des coureurs sourire! C’est normal. Les gens rigolent et c’est tout à fait normal. Pas de mines sérieuses ou de sas élite, tout le monde est dans la même galère. De la même manière, ne vous étonnez d’ailleurs pas si les vainqueurs vous applaudissent lors de votre arrivée près de 3 heures après le premier…

5. Il y a des courses gratuites

Avouons-le, en 2016, un Trail qu’on ne paie pas 2€ du kilomètre, ce n’est pas vraiment un trail. C’est pour ça que nous sommes nombreux à dépenser parfois plus de 100€ pour courir une course.

Les Ardennais sont vraiment bizarres. En effet, un groupe de passionnés, les Coureurs Célestes, organisent un Ultra Trail entièrement gratuit. Vous vous imaginez ? Avec une telle offre qui bousille le business, difficile de faire de l’argent ! C’est quand même malheureux. En plus, ironie de l’histoire, les Célestes se font régulièrement remarqués sur la PTL.

utmb-2015-inscriptions-ultra-trail-du-mont6. Le Patrimoine est partout

En Wallonie et plus spécifiquement en Ardenne, il est impossible d’éviter une visite culturelle. Vous pensiez vous reposer après avoir bêtement participé à une course ? Pas de chance ! Les possibilités de visites sont tellement nombreuses que vous n’y couperez pas.

Entre l’Archéosite de Malagne la Gallo-romaine, la villa de Nadrin ou encore le cite celtique du Cheslé pour la proto-histoire et l’antiquité, le château de Bouillon, de La Roche-en Ardenne, de Rheinhardstein, de Poilvache, de Rochefort pour l’aspect médiéval mais aussi l’Abbaye d’Orval, les Grottes de Han, les Musées de la bataille des Ardennes et bien d’autres, le choix est multiple.

11100352_1424615351180262_7994384926552728644_n7. Les paysages ne sont vraiment pas intéressants

Franchement… Ne venez pas en Ardenne, les paysages à 360° sont pas terribles !

8. Il faut aimer les sports « Outdoor »

Si malgré mes avertissements, vous tenez absolument à venir courir dans nos contrées.

Sachez qu’il vous faudra résister à de nombreuses tentations sportives.

N’oubliez pas que vous venez pour courir ! L’Ardenne tentera pourtant de vous séduire avec du cyclisme ou du VTT (Houffalize est la capitale belge du VTT), du Kayak (Semois, Ourthe, Lesse, nombreuses sont les opportunités), de la randonnée (des milliers de kilomètres de sentiers balisés qui démangeront vos guibolles), du ski de fond en hiver et, pour les cavaliers, l’Ardenne, comme la Belgique, est une terre de cheval dont le Centre européen du Cheval près de Vielsalm ne fera que vous convaincre de partir découvrir les forêts sur votre fidèle destrier.

9. Faut vraiment aimer la bière

Oubliez le vin ! Ici, on boit de la bière. Le nombre de brasseries artisanales est incalculable. Le pire dans tout ça est, qu’en plus de faire beaucoup de bières, ils n’en font que d’excellentes ! Dès lors, il est impossible de se limiter à une seule pinte… Je vous conseille d’ailleurs de ne pas refuser un verre. Cela risque d’en offusquer plus d’un.

Pour l’ardennais, il s’agit (que) de se réhydrater – ne l’oubliez jamais ! Si vous n’êtes pas rompu à l’exercice, entraînez-vous comme pour le reste sans quoi cela risque d’être un chemin de croix ! Si vous êtes un coureur des bois, vous partez cependant avec un avantage puisque vous êtes fort heureusement un amateur de bières spéciales (Le coureur des bois aiment les bières spéciales).

10. « Le Gras, c’est la VIE ! »

Oui, Karadoc est sans doute un ardennais qui s’ignore.

En effet, votre passage en Ardenne ne vous fera pas perdre de kilos. Tout ce que vous aurez dépensé durant la journée, vous les reprendrez directement le soir-même. L’Ardenne est le foyer des salaisons. Bien plus, à côté des jambons d’Ardenne, pipe ardennaise et autres saucissons, vous ne pourrez pas passer à côté des frites, du chocolat ou des fromages d’abbayes…

Ardenne
Source : http://www.luxembourg-belge.be/fr/voir-faire/shopping-terroir/charcuteries-salaisons.php

Et vous, avez-vous de bonnes raisons de ne pas venir en Ardenne ?

Ardenne

Enregistrer

Enregistrer

Commentaires

6 Commentaires

  1. J’habite dans la pointe des Ardennes françaises (Givet que tu dois sûrement connaitre), mais je suis belge à la base et c’est vrai que les Ardennes, et la Wallonie, c’est quelque chose!!! Le plat pays, c’est plus au sud! Et les montées sont aussi raides qu’on a une bonne descente 😉

Laisser un commentaire