TEST : sac hydratation Osprey Duro 6

0

Après un premier sac d’hydratation peu concluant, la marque américaine Osprey revient avec l’Osprey Duro 6 : un sac d’hydratation sous forme de veste qui embarque un volume impressionnant malgré sa petite taille. Solide, pratique, ce nouveau sac plaira aux coureurs recherchant de la durabilité et du volume sur des courses de moyenne distance.


Fiche technique

  • Sac-gilet équipé de deux sangles de poitrine réglables et amovibles
  • Flasques souples de 500ml Twin Hydraulics™, avec tuyau d’extension et valve de bouche
  • Attache pour bâtons de marche Stow-on-the-Go™
  • Poches multiples PowerMesh™
  • Front stretch compression pocket
  • Poche latérales en maille extensible
  • Poids: 0.38 kg (M/L)
  • Dimensions maximum (cm): 41 (l) x 20 (w) x 13 (d)

Osprey Duro 6


Présentation du Osprey Duro 6

Je vous avais déjà parlé précédemment sur ce blog d’un sac d’hydratation Osprey, le Osprey Rev 1.5. Très déçu par ce sac d’une conception dépassée, Osprey semble avoir écouté les retours des athlètes.

Le Osprey Duro 6 reprend le principe de veste que nous retrouvons désormais dans toutes les marques. Conservant malgré tout quelques éléments de l’ADN d’Osprey, à savoir la rando, ce sac est désormais bel bien en phase avec les attentes des coureurs de trail.

Osprey Duro 6Volume

6l ce n’est pas beaucoup mais quand c’est bien agencé, on peut mettre énormément. C’est le cas de ce sac Osprey.

Le compartiment principal permet d’y glisser aisément tout le matériel obligatoire pour l’UTMB.

Osprey Duro 6En plus de cela, un filet mesh couvre la totalité du volume et permet d’y glisser une veste ou un vêtement qui doit être rapidement accessible. Ce volume est une force mais aussi un des points faibles du sac. En effet, elle vient s’accrocher au dessus de la tirette de la poche principale. Cela signifie qu’on perd du temps à devoir détacher le dessus de cette poche mesh avant d’accéder au compartiment principal. En soi, ce n’est pas dramatique mais à la longue et avec la fatigue, cela peut devenir très très ennuyeux.

Sur la partie avant, le sac possède de deux grandes poches filets permettant de glisser des flasques ou des bouteilles d’eau. Il dispose également de deux petits filets en mesh supplémentaire pour y glisser gels et/ou casse-croute ainsi qu’une large poche fermée qui permet d’y glisser un Smartphone type iPhone 7+ et sa coque de protection (le top !).

Solidité

Tout d’abord, ce qui impressionne avec ce sac est la solidité. Cela fait 1 an que je le porte et il n’a absolument rien. Vous vous en doutez, s’il est si solide, il est aussi un peu plus lourd que certains sacs de la concurrence mais honnêtement cela n’handicape en rien son confort.

On ressent d’ailleurs toute l’expertise de la marque américaine en sac de rando. C’est costaud. On est à des années lumières des fragiles sacs d’hydratation Salomon. Les tissus sont similaires à ceux proposés sur les sacs à dos de randonnée proposées par la marque.

© Sylvain Fauquenoy

Flasques

Les flasques vendues avec le sac sont similaires à celle de Salomon. Elles disposent d’un large goulot ; plus facile lorsqu’il faut les remplir. Le bouchon quant-à-lui est proposé avec deux extensions (pailles) permettant de boire directement sans devoir sortir la flasque ou tirer le sac vers sa bouche.

Osprey Duro 6


Le Osprey Duro 6 en course

En course, le confort est proportionnelle aux innovations portées à sa conception. Rien à voir avec le Rev 1.5, le Osprey Duro 6 est un sac de course aussi confortable que pratique. Voici mon retour

Osprey Duro 6
© Sam Defleur

Stabilité

Avec sa structure en veste et donc très près du corps, le Osprey Duro 6 est extrêmement stable. Il colle pour ainsi dire au torse. Je l’ai utilisé sur différentes courses en montagne et en plaine. Le confort est partout présent.

Attention à bien choisir votre taille, le Osprey Duro 6 peut parfois être trop « fit » et comprimer votre cage thoracique une fois chargé de tout le matériel nécessaire. C’est d’ailleurs à mes yeux son point faible. Il est très voir trop comprimant. Je n’oserais donc l’emporter sur de longue course au risque de vraiment mal le supporter.

Je le conseille donc pour des trails jusque 60 ou 70km. Au delà, je pense que l’expertise d’Ultimate Direction ou encore Salomon reste bien plus avancée pour fournir un confort permanent sur du long et du très long.

Bâtons

Le sac dispose d’une attache de bâtons au dessus du sac. C’est vraiment anecdotique. Je vous déconseille de l’utiliser. En effet, quand vous les accrocher là haut, ils ont tendance à rebondir. C’est extrêmement dérangeant en course. Avec le temps, j’ai même peur que les bâtons viennent frapper l’arrière de votre tête lorsque les élastiques seront distendus.

Osprey Duro 6Praticité

Avec ses grandes poches en mesh sur l’avant, le sac est vraiment très pratique et permet d’embarquer beaucoup de choses sur l’avant contrairement à la concurrence. Par contre, comme dit plus haut, je trouve que l’accès aux volumes arrières est beaucoup trop contraignant. La faute revient à cette poche en mesh qui vient s’accrocher au dessus de l’ouverture de la poche principale. A revoir !

Promo

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.