Salomon S-Lab Peak 20 : Test

13

Parmi les dernières innovations chez Salomon, le Salomon S-Lab Peak 20 est injustement passé inaperçu. Ce sac intègre la technologie issue du trail running pour offrir un sac proche du corps, stable et extrêmement pratique. Le Salomon S-Lab Peak 20 est le sac parfait pour des sorties engagées en course ou à pied dans tous les milieux…

Fiche technique

  • MotionFit Trail et Sensifit pour un confort de mouvement et de déplacement. Le sac se fait littéralement oublier
  • Compression et rappels de charge (épaules et hanches) pour une stabilisation optimale des charges en course
  • Gilet en PowerMesh pour un confort et un séchage rapide
  • Imperméabilité (500mm de colonne d’eau)
  • Multiple poches et compartiments : 2 poches strech sur les épaules, 2 poches pour l’hydratation filets, 2 poches avant zippées, 2 poches latérales sur le sac.
  • Système d’accroche 4D pour les bâtons
  • Légèreté : 484g

trail running


Prise en main

Encore une fois, Salomon frappe fort. Comme toujours avec la gamme S-Lab, je suis époustouflé par l’innovation proposée. Il fallait y penser :

Fusionner un sac de rando traditionnel avec le gilet qui a fait la réputation des sacs d’hydratation de la marque savoyarde.

Sur le papier, vous bénéficiez donc d’un grand volume de sac avec le confort et la stabilité offert par le gilet Sensifit.

Le Sac est extrêmement bien fini et surtout d’une légèreté déconcertante. On en viendrait presque à douter de la durabilité du produit. Les matériaux utilisés sont cependant beaucoup plus costauds que ceux utilisés pour les sacs de trail. En pratique, la solidité du sac est présente mais perfectible comme vous le verrez ci-dessous.

La modularité est un autre de ses points forts. Les 6 poches sur l’avant (2 zippées, 2 pour les flasks et 2 sur les épaules) vous permettront d’y glisser barres de céréales, bonnets, appareils photos, Gopro…. Bref, tout ce dont vous aurez besoin en accès direct. À cela, il faut rajouter deux poches latérales sur le sac en lui même. Enfin, le volume principale possède un tissu extensible permettant de séparer le volume en deux, très pratique afin d’optimiser le rangement dans son sac.

Lofoten


En Action

Autant le dire tout de suite, je suis complètement tombé sous le charme de ce sac. Pourquoi ? Tout simplement pour toutes ces raisons :

  • Polyvalence : course à pied, randonnée et même alpinisme, il se conforme à vos attentes
  • Stabilité en mouvement : enfin un « vrai » sac-à-dos avec lequel on peut courir
  • Confort : le gilet Sensifit de Salomon fait des merveilles en répartissant parfaitement le poids sur les épaules
  • Modularité : les multiples poches et le volume principal vous permet d’emporter tout ce dont vous avez besoin
  • Autonomie : enfin un sac pour être plus autonome qu’importe le milieu et sans sacrifier au confort

Trail running

Autonomie

Vous allez me demander à quoi peut bien servir un sac de 20 litres en course à pied ? Cette question se pose naturellement. Le trail running, c’est bien évidemment des courses officielles mais c’est aussi des sorties Off.

De plus en plus de coureurs se détournent des courses organisées au profit de défis personnels engagés, se lancent dans des raids multisports ou plus simplement réalisent de sorties longues en montagne afin de préparer un objectif.

Lorsque l’on part pour une sortie de plusieurs heures voire de plusieurs jours (a fortiori en solitaire), il est évidemment nécessaire de prendre davantage de matériels. Le Salomon S-Lab Peak 20 propose une solution à tous les athlètes souhaitant une plus grande autonomie en montagne. Le volume de 20l et les multiples poches vous permettront d’embarquer vos vêtements de rechange, votre doudoune, votre duvet pour la nuit, votre nourriture…. tout en conservant un confort de course.

Salomon S-Lab Peak 20Polyvalence

En course à pied, j’ai eu l’occasion de courir un trail de 30km avec lui, le Trail de Namur-Capitale. Pour la première fois, j’y étais, non pas comme coureur mais comme débaliseurs (serre-files). Le Salomon S-Lab Peak 20 m’a donc servi à y mettre le fléchage et les rubalises que nous étions chargés d’enlever mais aussi tout mon nécessaire de course (nourriture et vêtement). 

A mes yeux, le Salomon S-Lab Peak 20 pourrait être également un excellent sac pour les raids multisports, les courses d’orientation et pourquoi pas le Marathon des Sables.

Comme vous pouvez le constater, le volume et la modularité du sac lui offre une polyvalence naturelle, y compris en trail et dérivé…

Confort

Testé longuement en rando-course dans les Lofoten où le dénivelé et la technicité des sentiers ne laissent pas la place aux imprécisions. Le Salomon S-Lab Peak 20 fait le job. Il ne bouge pas. On a l’impression de porter sac de trail. Il se fait oublier tellement il est confortable. Le système de rappel de charge et les sangles de compression permettent d’optimiser le volume et de le rapprocher de notre centre de gravité.

Résultat, le sac ne bouge pas, malgré le poids.

Lofoten

Randonnée

Comme déjà dit, le système de gilet Sensifit offre un confort extraordinaire au sac. Cela est également valable en randonnée. Je ne sais pas vous mais j’ai souvent un problème d’hydratation en randonnée. Cela doit être une déformation du Trail runner que je suis mais je ne pense pas assez souvent à aller chercher ma gourde accrochée sur le sac. Il n’est d’ailleurs pas toujours évident de l’atteindre. Ici, les flasques placées sur le devant du sac comme en Trail facilitent l’hydratation et permettent, en plus, d’évaluer directement la quantité d’eau bue.

Ce sac fera également le bonheur des adeptes de la marche ultra légère.

Le volume de 20 litres permet d’y glisser pas mal de chose. Personnellement, je sais y mettre mon Ultra Sleeping Bag de Waa, mon Ultra Rain Jacket de Waa, surpantalon, couverture de survie, polar, trousse de toilette, nourriture, bonnets, gants… Je vous tiendrai au courant mais je pense qu’il est même possible d’y glisser une tente ultra légère en plus de tout ce que j’ai cité…

Les sensations ressenties en trail sont semblables. J’ai eu l’occasion de le tester sur plusieurs randonnées engagées à la journée dans les Lofoten et sur une rando-orientation de deux jours. Le confort est toujours présent. Le poids est bien réparti et cela ne bouge pas. Naturellement, vous vous sentirez pousser des ailes et votre rando se transformera vite en rando-course tellement ce sac est vissé à votre dos.

Alpinisme

Même s’il n’est pas spécifiquement destiné à l’alpinisme, je voulais voir ce que ce sac pouvait apporter en haute montagne. Pour ce faire, j’ai simplement ajouté deux élastiques afin de pouvoir y fixer un piolet ; le voilà prêt à affronter les pentes glacées du Grand Paradis.

Comme je l’explique dans l’article de mon ascension du Grand Paradis, la veille du jour prévu était réservée à une acclimatation. J’ai décidé de troquer mon sac d’alpinisme habituelle pour le Salomon S-Lab Peak 20. J’avais donc casque, crampons, doudounes, polars, gants, bonnets, baudrier, dégaines et mousquetons dans le sac ; la corde autour du torse. J’avais donc tout le matériel nécessaire à notre école des glaces dans ce petit sac.

Comme en randonnée et en course, j’ai apprécié son confort et sa facilité d’utilisation. Ici, le gilet Sensifit avait vraiment toute son utilisé. En effet, encordé, vous ne pouvez pas vous arrêter constamment pour prendre quelque chose dans votre sac. J’avais donc ma nourriture, mon hydratation ainsi que mon appareil photo et ma GoPro (+ stabilisateur Feiyu) calé dans les poches du gilets. Quelle facilité !

En milieu alpin, j’ai cependant pu constater les limites en matière de durabilité du sac. En effet, le contact coupant avec la roche l’a percé à plusieurs endroits, heureusement, sans conséquence pour son utilisation. Heureusement !

Il tiendra la route pour vos sorties trail ou rando même en milieu très alpin. Cependant, évitez d’épouser la roche avec lui, sinon, c’est le divorce assuré ;).


Salomon S-Lab Peak 20 : Conclusion

Le Salomon S-Lab Peak 20 est un sac polyvalent, confortable et extrêmement pratique. Il répondra aux attentes des utilisateurs les plus exigeants aussi bien pour de longues sorties engagées en montagne que pour des raids multisports ou encore pour des courses à étapes et à portage.

Il saura convaincre le randonneur rapide (fast-hiker) qui souhaite évoluer rapidement et confortablement avec tout le matériel nécessaire à son bivouac en mode ultra-léger. Avec ce sac, vous aurez envie d’accélérer le rythme car les charges portées sont bien maintenues et ne gênent aucunement vos mouvement.

Enfin, il sera un compagnon idéal lors de vos sorties en randonnée glaciaire ou vos courses Facile à peu difficile. Sa modularité et son confort vous permettront d’y ranger tout le matériel nécessaire à des sorties rapides ou à la journée. Les alpinistes aguerris lui apporteront certaines modifications pour l’optimiser encore davantage.

Ascension du Grand Paradis

NOS NOTES ...
Confort
Volume
Stabilité
Qualité
Prix
PARTAGER
Article précédentLofoten : Aventures en terre Viking
Article suivantTromso Skyrace (30km) – Dans les brumes du Nord !

13 Commentaires

  1. Hello … je tombe à pic sur cette review car je cherche un sac pour la rando-course d’un jour mais également pour randonnée minimaliste de 2-3j. J’ai besoin d’un sac pour faire rentrer sac couchage et l’essentiel pour autosuffisance sur 2-3j. J’hésiterais entre 20 et 30l mai surtout il faut que ça colle au corp. C’est assez pense tu ce 20L ?

    • Hello Christophe, avec ce sac de 20litres, j’ai fait une rando d’orientation avec tout le nécessaire (sauf la tente) et j’avais encore de la place. Je pense qu’avec une tente Ultra légère ou un Tarp, il y a moyen d’être complètement autonome 😉

  2. Compte tenu du budget , je me demande si le Osprey Talon 33 que tu as testé n’est pas aussi interessant ?
    Mon doute c’est la tenue si je cours un peu avec. Difficile de faire mieux que le Peak mais la différence de prix est elle justifiée

    • Le Talon 33 est génial pour la rando et pour trottiner en descente sur quelques centaines de mètres. C’est tout. Il brinquebale de trop pour courir avec. On est avec deux produits différents. Si tu veux courir, être léger (y compris au niveau des matériaux), va vers le Salomon. Sans hésiter.
      Si la tenue au dos est moins importante, va vers le Osprey 33 car il est plus solide ;).

      • Okiiiii merci … il faut souvent en ce qui me concerne trouver le bon équipement, partagé entre la randonnée d’un jour et la sortie longue plus en mode trail course et tout ça en espérant qu’il ne pleuve pas ce qui n’est jamais vraiment le cas en automne et hiver , en Belgique, comme toi

  3. Voilà j’ai reçu le Salomon . Quand je vois le volume de 20l j’ai peur lol … je ne sauis pas habitué à ce genre de volume . Je fais surtout de la,randonnee à la journée et donc plutôt dans les 30L. Bon c’est vrai pas question de courir avec ce type de sac « randonnee » et c’est bien pour ça que ce Salomon me plaisait. De fait , il est verrouillé sur le corp , ça , c’est très clair .

  4. ah mais voila le sac qu’il me faut…je vais essayer de faire tous les jours mon trajet gare/boulot, et j’ai un sac de 20L pour la rando rapide, mais un peu trop juste, et pas évident de faire caser mes fringues de rechange, paire de chaussure, voir 2/3 autres trucs…celui-là à l’air top…

Laisser un commentaire