Stage Trail dans le Briançonnais

0

Depuis que j’ai commencé le Trail, je n’avais jamais fait de « stage » spécifique. Avec des amis, je me suis rendu dans le Briançonnais pour un stage éclair de 3 jours encadrés par Matthieu Brignon du Team Hoka. Ce fut 3 jours d’apprentissages et de découvertes aussi enrichissants qu’époustouflants. Venez, je vous refait vivre ce petit séjour trail dans les Alpes du Sud.


La Cerveyrette, le trésor caché du Briançonnais

Vous ne connaissez pas la vallée de la Cerveyrette ? Située au pied de l’Izoard à la frontière avec le Queyras et à quelques kilomètres de Briançon, la Cerveyrette est une vallée intacte qui satisfera traileurs, randonneurs et vététistes.

Préservé de l’exploitation, la vallée possède un pouvoir de ressourcement extraordinaire. Passer quelques jours dans ces montagnes, c’est l’assurance d’un dépaysement complet.

Stage trail

À partir du village de Cervières, vous aurez tout le loisir de découvrir les nombreux sentiers parcourant les crêtes et vallées ou encore la plaine du Bourget qui est un des rares marécages d’altitude ou encore le célèbre col de l’Izoard… Idéalement situé à 1600m d’altitude, le village vous fournira un accès rapide à l’univers alpin et à des panoramas à couper le souffle sur l’Italie, les Écrins ou encore sur Mongenèvre.

Le calme, la sérénité et surtout la pureté de cette vallée parlera, j’en suis sûr, au montagnard qui sommeille en vous. Déambuler dans cette vallée en forme de bout-du-monde, c’est revenir cent ans en arrière à une époque où la montagne n’avait comme attrait « que » les paysages grandioses, la douceur de ses alpages et la technicité de ses sentiers !

C’est l’occasion pour moi, accompagné de mes compagnons d’entrainement du Biotrail Running Team, de partir à la découverte de ces montagnes en bordure du massif des Ecrins qui m’avait tant fasciné il y a deux ans.

stage trail


Stage Trail : 3 jours pour s’en mettre plein la vue et les jambes

Matthieu Brignon

Pour nous guider par monts et par vaux dans cette somptueuse vallée de la Cerveyrette, Matthieu Brignon prendra les rênes de notre groupe de traileurs belges (et délurés). Matthieu est en pleine formation pour devenir Guide de Haute-Montagne pourtant il est loin d’être un inconnu dans le monde du Trail : 3e au Marathon du Mont Blanc et à la Pierra-Menta d’été en 2016.

Matthieu, membre du Team Hoka, pourra vous encadrer le temps d’un stage trail mais aussi vous accompagner en alpinisme ou en Alpirunning.

Matthieu Brignon

Jour 1 : « Acclimatation »

Après une nuit sur la route et une arrivée matinale, Matthieu nous distille son savoir sur les dangers de la montagne et la lecture de carte en milieu alpin. Nous en profitons pour nous requinquer avec un super déjeuner concocter par notre hôte à la maison d’hôte, la Cerveyrette. Le soleil est de la partie et une brise froide casse une chaleur qui pourrait vite devenir écrasante.

Début d’après-midi, nous enfilons nos chaussures pour une première sortie trail. Pour nous mettre dans le bain directement, nous grimpons au fond de la vallée dans un paysage d’alpage surplombé par des sommets encore fortement enneigés. Pourtant pas question pour notre guide de nous laisser sur ces sentiers « roulants’, il nous fait prendre encore davantage d’altitude. La roche devient beaucoup plus présente au même titre que la neige. Les crêtes se dessinent et les paysages s’ouvrent. C’est juste grandiose.

stage trail

Premier sommet, premier exercice et c’est le travail de descente qui sera le leitmotiv de cette journée. Histoire d’évaluer la technique, Matthieu nous filme afin de voir comment nous abordons les descentes. D’abord peu technique, nous terminons l’exercice sur une courte pente aux changements de directions brusques et aux appuis fuyants. Un tel exercice est vraiment capital. Il m’a permis le soir-même d’observer toutes mes faiblesses en descente accentuées par un mauvais choix de pneumatique ;).

Matthieu nous guide au gré de ses envies sur cette ligne de crête tout en nous racontant les histoires des lieux mais surtout des sommets qui fleurissent à l’horizon, les Écrins dominant à l’arrière plan. L’après-midi est déjà bien avancée. La fatigue et les jambes nous rappellent notre condition de coureur de plaine.

La beauté des lieux nous fait vite oublier la douleur et nous finissons cette journée démente par un splendide sentiers en balcon et une descente démente de 700 de D-.

Pourtant quel plaisir de dévaler la pente, je me rappelle encore la douleur que de pareilles descentes avaient provoqué à mes cuisses il y a deux ans sur l’OCC. Ici, rien ! Elles encaissent encore et encore me faisant prendre consciente de l’expérience et surtout de l’entraînement en montagne acquis en 2016 sur le Marathon du Mont Blanc, la Tromso Skyrace ou encore sur le Matterhorn Ultraks.

Stage Trail

Jour 2 : Spécifique et dénivelé

Ce deuxième jour sera consacré au travail spécifique le matin et à une sortie cool avec dénivelé l’après-midi. La séance de spécifique sera consacrée à la transition course avec la marche en côte. L’exercice consiste à courir à allure soutenue sur 200m de plat et d’enchaîner avec un coup de cul de 30m D+ en marche rapide. Le but recherché est d’optimiser le passage entre une course rapide avec une marche en terrain pentu de la manière la plus efficiente possible.

Autant vous dire que les 7 répétitions ont bien décrassé le carburateur ! Malgré un soleil au beau fixe, la brise nous a empêchés de surchauffer pendant les 1h30 de la séance. Je pensais honnêtement m’être calciné complètement mais force est de constater que Matthieu connaît la mécanique du coureur. Après un bon repas, l’ensemble de l’équipe est prête à enchainer avec un petit parcours de 15km et 800 de D+.

Stage Trail

L’unique montée du jour est absolument magnifique et nous mènera au fort de la Lauzette. Après avoir remonté pendant quelques centaines de mètres la route du col de l’Izoard, nous nous engageons dans une sapinière qui laisse rapidement place à un univers minéral et technique. Je peux vous dire que c’est un des plus beaux sentiers de montagne que j’ai pu courir.

A flanc de montagne, le panorama est complètement dégagé et nous offre toute la magnificence des montagnes. Il nous suffit de jeter un coup d’œil pour être complètement subjugué par la beautés de la vallée.

Stage Trail

Au sommet, le soleil est bien présent et pendant que nous nous ravitaillons. Je me sens de moins en moins bien. La tête tourne légèrement et je commence à avoir froid alors qu’il fait plein ciel bleu. A la descente, je retrouve peu à peu mes sensations mais je dois être proche de l’insolation. J’ai oublié ma casquette et j’ai le crane à découvert ;). Heureusement, cela ne m’a pas empêché d’apprécier le D- ludique à souhait avec quelques passages de névés en mode « freestyle ».

Durant cette descente, j’en ai vraiment profité pour allonger un maximum et être le moins possible dans la retenue. C’est souvent le gros défaut des coureurs des plaines évoluant en montagne. En veillant à bien décontracté le bassin et en « se laissant aller », on protège les muscles et cela permet d’encaisser plus facilement le dénivelé négatif. C’est donc un bon rythme que j’ai essayé de maintenir durant les 800 mètres de descente en plein soleil.

Jour 3 : Skyrunning

La journée de la veille fut vraiment très riche d’enseignements bien qu’elle ait laissé un peu plus de traces que la première journée. Néanmoins, au matin du 3e jour, l’envie de partir toute la journée en montagne est plus forte que tout. Au programme, un parcours bien aérien sur les crêtes nous attend, le tout encadré par Matthieu et notre hôte, Julien.

Stage Trail

Nous démarrons de Cervières en direction du Fort de Gondran appelé aussi Sommet des Anges, la montée est relativement aisée mais la fatigue des jours précédents se fait sentir. Il faut dire que, malgré une impression de douceur, cette ascension cumule 800mètres de D+ que nous avalons en un peu plus d’une heure.

Après les alpages, la végétation se raréfie et l’horizon se dégage complètement pour nous offrir une vue à couper le souffle sur le Massif de Écrins.

Malgré la beauté des paysages, mes jambes me lâchent dans la dernière partie de l’ascension. Je peine à avancer. L’énergie m’a complètement abandonné et je dois tirer ma carcasse jusqu’au sommet. J’avale une poignée d’Haribo en essayant de reconnaître les sommets des Ecrins. Le spectacle est magique et me fait rapidement oublier la douleur.

Stage Trail

Est-ce ce panorama inoubliable ou les Haribos? Toujours est-il que dans la descente vers le col suivant, je retrouve toute l’énergie perdue. Déjà impressionnante, cette descente sur cette crête arrondie nous permet de contempler à la fois la vallée de la Cerveyrette et celle de Montgenèvre. C’est enivrant de contempler tant de beautés !

Cette aventure au sommet des Anges n’avait finalement comme seul but de mieux contempler l’objectif du jour : le Mont Chenaillet. Culminant à 2650m, cette montagne est un bijou de géologie. C’est d’ailleurs pas le sentier didactique que nous montons à son sommet. 300mètres de dénivelé supplémentaires dans un univers quasi lunaire.

Vestige d’un volcan sous-marin, il expose aux yeux des promeneurs toute la richesse géologique de son passé.

Stage Trail

Nous suivons nos guides dans une descente hors sentiers ultra technique. Chaque pose de pied est instable et laisse rouler les gravas. On passe d’un appui à un autre à la vitesse de l’éclair. La pente est parfois de 35° autant dire que l’ivresse est bien présente. Néanmoins, la prudence est de mise pour ne pas faire glisser des cailloux sur ceux qui nous précèdent. Arrivé au 2/3 de la descente, un magnifique névé nous invite à la glissade. Nous nous exécutons ! Quoi de mieux pour nous amener sur le lieu du picnic ?

Stage Trail

Après une dernière bosse de 150D+ jusqu’au Grand Charvia et une descente des plus techniques dans de la caillasse, il est déjà temps pour toute l’équipe de regagner la vallée. Et comme une cerise sur le gâteau, nous déboulons jusqu’aux alpages par un sentier de crêtes génialissime. Peu technique, il nous permet de gagner en vitesse et d’être pris de plein fois par cette liberté absolue qui vous gagne si souvent en montagne.


Maison d’hôte la Cerveyrette

Durant notre séjour, nous avons été hébergés dans la maison d’hôte, la Cerveyrette. Tenue par Julien et Steph, un belge et une bretonne, cette maison d’hôte du 18e siècle vous permettra de déconnecter instantanément. Julien pratique la montagne sous toutes ses formes (ski alpinisme, rando et trail) et saura vous guider pour choisir l’activité la plus adaptée à vos attentes.

La maison dispose d’un grand dortoir, pratique pour les groupes comme le nôtre, mais aussi d’une chambre et de deux appartements pouvant accueillir jusqu’à 4 personnes. Préconisant les producteurs locaux, artisanaux et/ou bio, vous serez sûr de manger de quoi vous refaire une santé après chaque sortie en montagne. C’est sans oublier les pizzas artisanales le vendredi soir ;).

Stage Trail


Vidéo

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire