Randonner dans les Dolomites : la perle des Alpes

5

Les Dolomites en Automne, c’est se confronter à un véritable trésor doré, étincelant de l’aurore au crépuscule et révélant une palette de couleurs aussi intenses qu’incroyables. Comment en 4 jours, ressentir, toucher et contempler les Dolomites ? Randonner dans les Dolomites offrent cette solution. Venez je vous emmène crapahuter dans l’une des plus belles régions des Alpes.


Sommaire


Les Dolomites

Les Dolomites, dentelles de pierre capturant les couleurs célestes…

Après une longue journée de route et une nuit réparatrice, voilà que j’ouvre les yeux sur un monde de pierre, d’éther et d’or. En cette fin d’automne, les mélèzes sont en feu et colorent les vallées d’une lueur presque divine. Le soleil joue avec les textures de la roche et exalte les montagnes, véritable sculpture de verticalité. Je n’ai pas encore fait une foulée sur les sentiers que, déjà, les Dolomites s’offrent dans toute leur grandeur.

Randonner dans les Dolomites

Les Dolomites sont aux Alpes ce que le rideau est au théâtre, un mystère pourpre et vertical masquant de son intensité le reste de la scène alpine. Dès lors, on ne s’étonne pas qu’elles aient vu naître les plus grands alpinistes, Walter Bonatti et Reinhold Messner. Naître dans ces montagnes ne fait certes pas de vous un alpiniste mais assurément un esthète.

Et dans ce décor digne des plus grandes épopées, j’apprécie l’automne flamboyant où chaque sommet devient une pièce d’orfèvrerie unique et magnifique. Le randonneur et le coureur à pied deviennent des chercheurs d’or, les montagnes une mine de nuances éthérées et magnifiques. Reinhold Messner a toujours dit que les Dolomites étaient les plus belles montagnes du monde. Même si je n’ai pas son expérience, je peux vous assurer qu’elles sont a minima la perle des Alpes…

Randonner dans les Dolomites

Randonner dans les Dolomites

 

 

 

 

En haut des cimes on se rend compte que la neige, le ciel et l’or ont la même valeur

– Proverbe anonyme

Randonner dans les Dolomites


Randonner dans les Dolomites

Vous ne savez pas quoi faire ? Où aller ? Votre timing est serré ? Difficile de résumer la richesse et la variété des paysages dans les Dolomites, c’est pourquoi je souhaite vous emmener à la découverte de ce Patrimoine mondial de l’UNESCO à travers 4 randonnées. Ces dernières forment une boucle afin de profiter au mieux du temps qui vous est imparti. Pour chaque randonnée, il y a toujours la possibilité d’allonger la découverte de la région car les sentiers sont légion.

Cliquez sur la randonnée de votre choix pour être redirigé automatiquement.

Randonner dans les Dolomites

Lago di Braies et Alpe de Fosses (20km et 1400D+)

Cette randonnée, vous ne la trouverez nulle part ailleurs. Je l’ai tracée en lisant et consultant les cartes de la région. Le parcours en boucle vous permettra de découvrir aussi bien les vertigineuses montagnes que les alpages d’altitude si caractéristiques des Dolomites. Démarrant du célèbre Lago di Braies, les eaux claires, l’embarcadère et les impressionnantes montagnes fermant l’horizon du lac vous transporteront en un instant au beau milieu des Rocheuses de l’Ouest américain.

Je comprends tout de suite pourquoi Jean-Jacques Annaud a choisi de tourner son chef d’oeuvre, L’Ours, censé se dérouler en Colombie Britannique. On s’y croirait. À ce tableau « western » s’ajoutent la flamboyance des mélèzes émergeant ça et là de la forêt et qui apportent une touche de magie supplémentaire.

Envoûtant et reposant, je serais resté des heures à contempler le reflet de la montagne dans ces eaux limpides mais notre objectif n’est pas ici. Il est 1000mètres plus haut au delà des montagnes où se trouve le non moins impressionnant Alpage de Fosses. Au bout du lac et au pied de la montagne, le parcours se prolonge dans une vallée cachée entre deux montagnes. Je profite de ce moment pour contempler les jeux de lumières sur la roche et capter les couleurs des mélèzes qui ne cessent de me fasciner.

Le Lago di Braies, c’est un instantané de beautés et une réminiscence sauvage de l’Ouest américain…

Randonner dans les Dolomites

L’ascension qui suit n’est pas très exigeante malgré les 1000 mètres de dénivelé sur 4km. Le sentier est bien tracé et seuls les 200 derniers mètres sont un peu plus techniques. En montant, vous atteindrez progressivement un univers beaucoup plus minéral et exigeant où la météo peut vite vous mener la vie dure. Lors de l’ascension, j’ai du faire face à des vents extrêmement violents dont les rafales atteignaient facilement les 100km/h. Ils ont d’ailleurs rendu mon avancée scabreuse à plusieurs moments. Comme à chaque fois en montagne, prévoyez toujours des vêtements pour faire face à toutes les météos.

Une fois le sommet atteint, c’est le Rohan qui s’étend devant vous, épique et à perte de vue. Cet alpage de Fosses est tout simplement extraordinaire. Cernés par des sommets, c’est un énorme plateau d’altitude où le sentiment de liberté souffle aussi fort que les vents du Nord-Ouest. De là, aucune présence humaine n’est observable. Je suis désormais seul face aux éléments et à cette beauté sauvage que j’aime tant.

À partir d’ici et jusque la descente, le parcours n’est pas difficile. Je vous conseille franchement de prendre votre temps et de vous en mettre plein les yeux. Depuis les Lofoten et les Féroé, je n’avais plus senti un tel sentiment de liberté en pleine nature. C’est peut-être dû au vent qui soufflait avec force mais je ressentais cette force vitale et brutale dans ce paysage ô combien désolé et magnifique.

Randonner dans les Dolomites

 

 

Les montagnes m’apparaissent plus sévères. Le paysage se révèle, intense. Le pays me saute au visage. C’est fou ce que l’homme accapare l’attention de l’homme. La présence des autres affadit le monde. La solitude est cette conquête qui vous rend jouissance des choses

Dans les forêts de Sibérie, Sylvain TessonRandonner dans les Dolomites

Au fur et à mesure de mon avancée sur l’Alpage de Fosses, le vent forcit. Moi qui pensais être enfin débarrassé de ces bourrasques, il s’avère que je devrai m’y accommoder durant la descente. Arrivé au Refuge de Biella, il y a moyen de faire l’ascension du Seekofel (2810m) mais je m’y refuse face aux violentes bourrasques. J’entame directement la descente.

La descente est en tout point le miroir de l’ascension : technique sur quelques centaines de mètres et puis facile et bien tracée. C’est le chemin parfait pour profiter des paysages. Au loin, les nuages arrosent les montagnes voisines tandis que le soleil crée une mosaïque de couleurs et de contraste. Le lac de Braies est à nouveau en vue. Sur la dernière section rejoignant le lac. Méfiez vous, des dernières centaines de mètres. Une crue passée a complètement ravagé le chemin le rendant glissant et parfois dangereux. Soyez prudents !

Randonnée – Lac de Braies et Alpe de Fosses :

20km en boucle  5-8 heures  1400 D+

Départ : Lago di Braies. Nombreux parkings (payants) à proximité.

Parcours : Le sentier est bien marqué tout le long de la randonnée. Seul un court passage en fin de parcours semble avoir été détruit par une crue. Le passage est glissant et potentiellement dangereux.

Conseils :

En été, si vous souhaitez profiter de la solitude des montagne, je vous conseille de partir à la fraîche. Attention, l’ascension et la descente sont à l’ubac (Nord) tandis que tout le passage de l’Alpe se fait sur l’adret (Sud). Méfiez vous du soleil.

Pour les autres saisons, n’oubliez pas que vous êtes en montagne. Les conditions météo peuvent rapidement changer. Pensez-y pour votre équipement.

Au Refuge de Biella, il y a la possibilité de faire l’ascension du Seekofel (2810m). À ne tenter que par beau temps, les passages exposés sont présents et peuvent devenir dangereux par grand vent ou pluie.

Parcours GPX

Randonner dans les Dolomites

Tour des Tre Cime (12km et 600 D+)

Pour cette deuxième journée de randonnée, je vous propose un classique des Dolomites : le tour des Tre Cime di Lavaredo. Ces trois pics culminant à près de 3000 mètres d’altitude sont devenus, en toute logique, l’emblème des Dolomites. Comme les épines dorsales d’un dragon endormi, elles dominent les environs de leur silhouette acérée.

Trois cimes, trois silhouettes, trois histoires pour ce paysage écrasant de beautés.

Plusieurs randonnées vous permettent d’accéder aux Tre Cime. Je vous propose ici la plus facile mais aussi la plus contraignante. En effet, un péage automobile impose de s’acquitter de 25€ pour aller se parquer au Refuge Auronzo. D’autres randonnées démarrent plus bas, elles permettent d’éviter le péage mais chargent vos jambes de 1000mètres de dénivelés supplémentaires.

Depuis le refuge Auronzo, l’ascension jusqu’au pied des Tre Cime est très facile. Vous l’aurez compris. Malgré sa beauté, cette randonnée est très très populaire, y compris en basse saison.  Je vous conseille de démarrer très tôt ou au contraire démarrer quelques heures avant le coucher du soleil pour profiter de ses lumières magiques ainsi que d’une solitude absolument exquise dans un tel endroit.

Randonner dans les Dolomites

Après une petite demi-heure de marche, vous arriverez au col du Lavaredo. Ne vous arrêtez surtout pas là ! Car, si on vient au Tre Cime, c’est pour voir THE paysage. Celui où la Cima grande, le sommet le plus élevé, et ses deux compagnonnes les Cima Ovest et la Cima Piccola se détachent du ciel. Pour se faire, suivez le chemin jusqu’au refuge Locatelli.

Ce dernier est bati sur un col qui, une fois un peu de recul pris, est tout simplement spectaculaire. Je vous conseille franchement de vous éloigner un peu du parcours pour profiter de ce paysage grandiose. Cela vous permettra également d’avoir une très belle vue sur les lacs en contre-bas.

Radnonner dans les Dolomites

Randonner dans les Dolomites

Si vous êtes photographe, il y a une chose qui pourrait vous frustrer : l’orientation Nord-Nord-Ouest des Trois Cimes. Résultat, ces dernières ne sont baignées par la lumière qu’au coucher du soleil (en été). Dès lors, je vous conseille de vraiment profiter des paysages au Refuge Locatelli en attendant la fin d’après midi. L’intérêt est double : une plus belle lumière et moins de visiteurs. Cela vaut le coup non ?

Personnellement, c’est ce que j’ai fait et je n’ai pas été déçu. Même si en ce début novembre, le crépuscule n’aura pas teint les Trois Cimes de magnifiques couleurs. J’ai pu bénéficier d’une magnifique « Golden Hour » en terminant la boucle vers le Refuge Auronzo et le parking. Cette dernière partie réserve une dernière difficulté mais possède le gros avantage d’être en balcon et offre une vue complètement dégagée sur les montagnes environnantes.

Randonner dans les Dolomites

Randonner dans les Dolomites

 

 

 

 

Des teintes ocres, pourpres et dorées ont tour à tour baigné le paysage environnant, me transportant dans un spectacle total !

Randonner dans les Dolomites

Randonnée – Tour des Tre Cime :

8,8km en boucle  3-4 heures  600 D+

Départ : Refuge d’Auronzo (ATTENTION : 25€ de péage)

Parcours : Le sentier est bien marqué et large. Il ne représente aucune difficulté. C’est une randonnée parfaite à faire en famille.

Parcours GPX

Randonner dans les Dolomites

Tour des Cinque Torri (3km – 150D+)

Pour ce troisième jour, je vous propose de lever le pied et de partir flâner autour des Cinque Torri. Ces 5 monolithes de pierre se trouvent sur les hauteurs de Cortina d’Ampezzo émergeant comme les tours menaçantes d’un château de jadis. Le parcours, en balcon, vous offrira un panorama extraordinaire sur les vallées environnantes ainsi que sur Cortina d’Ampezzo.

Comme vous vous en doutez, le tour est extrêmement facile et vous permettra de profiter des impressionnants paysages s’étendant à perte de vue mais aussi des tranchées et des galeries qui parcourent le site. En effet, le site fut un lieu stratégique lors de la Première Guerre mondiale entre italiens et austro-hongrois.

Randonner dans les Dolomites

 

 

 

Silence et contemplation !

Randonner dans les Dolomites

Randonner dans les Dolomites

Cette petite balade peut également se transformer en randonnée plus exigeante si vous le souhaitez. En effet, au lieu de prendre en voiture l’étroite et sinueuse route jusqu’au refuge des Cinque Torri, vous pouvez vous parquer le long de la route menant au col Gallina ou au pied du télésiège des Cinque Torri pour faire l’ascension à travers bois.

Cinque Torri, cinq joyaux cyclopéens reflétant les nuances célestes…

Pour ceux qui, comme moi, préfèrent prendre une petite journée de relâche, ce Tour des Cinque Torri est vraiment ressourçant. En ce début de mois de novembre, j’ai pu apprécier les jeux de lumière sur les vallées et les montagnes environnantes. Les Dolomites possèdent ce pouvoir de capter les infimes teintes du ciel pour les restituer dans un tableau pastels à couper le souffle.

Randonnée – Tour des Cinque Torri :

3km en boucle  1-2 heures  150 D+

Départ : Refuge des Cinque Torri par une route sinueuse. Possibilité d’allonger la randonnée en démarrant de la route menant au col Gallina.

Parcours : Le sentier est extrêmement facile et conviendra parfaitement aux familles.

Parcours GPX

Après cette belle mais courte randonnée, je vous conseille de monter en voiture jusqu’au col de Valparola où vous pourrez vous restaurer au refuge et flâner autour du Lac de Valparola. Vous pourrez profiter des lueurs de la fin d’après-midi. Pour les plus motivés, le col est évidemment le départ de nombreuses randonnées que je n’ai malheureusement pas eu le temps d’explorer.

Randonner dans les Dolomites

Ascension du Sassopiatto (8,1km et 950 D+)

Pour cette dernière journée à la découverte des Dolomites et du Sud-Tyrol, je souhaite vous emmener sur le plus haut Alpage d’Europe, l’Alpe de Siusi. S’étendant sur près de 57km² à une altitude moyenne de 1850m et entouré par des montagnes déchiquetées, il offre un paysage singulier.

Au loin le Sassolungo et le Sassopiatto dominent le plateau à 3181m et 2958m. C’est au sommet de ce dernier que je vous emmène (sommet de droit sur la photo ci-dessous). En haute saison, le télésiège Florian vous emmène de 1650m à 2050m. En basse saison, vous devrez soit monter en voiture (idéalement 4×4) par un chemin caillouteux, soit monter à pied en rallongeant sensiblement la rando tant en distance qu’en dénivelé.

Randonner dans les Dolomites

Cette dernière randonnée vous emmènera dans un univers de haute montagne vertigineux. Malgré la faible distance, ne sous-estimez pas cette randonnée. En effet, malgré un excellent balisage, il faut constamment rester concentrer. J’ai moi-même manqué un embranchement à vouloir cavaler aveuglément jusqu’au sommet !

En effet, je me suis éloigné du sentier sans m’en rendre compte. J’ai commencé à poser les mains. Les rochers sont rapidement devenus verticaux. Je me fais à l’idée qu’il est trop dangereux de continuer dans ce chaos minéral. Les névés et la glace étaient de plus en plus présents et rendaient l’avancée de plus en plus dangereuse. Je veux faire demi-tour mais la glace est trop présente. Je dois continuer à monter.

 

 

 

 

En haut des cimes on se rend compte que la neige, le ciel et l’or ont la même valeur

J’arrive alors soudainement au rebord de la montagne, derrière un abîme de plusieurs centaines de mètres. Le vide ! Je n’ai d’autres choix que de descendre par un ressaut de 2-3m vertical. Pour la première fois de ma vie, je me dis que j’ai été vraiment con d’avancer comme ça sans réfléchir. Je souffle un coup et met à désescalader, assurant chacun de mes appuis. Je m’appuie progressivement sur mes pieds pour vérifier la stabilité de la neige ou des rochers tandis qu’avec les mains je vérifie la solidité de mes ancrages. Je suis entièrement focaliser sur mes mouvements. Il n’y a que l’instant et la précision de chacun de mes gestes.

Ce passage était suivi d’un second tout aussi « arracheur de souffle ». Après cette mésaventure, je retrouve un semblant de sentier qui me permet de retrouver ma compagne. Nous traversons alors les rochers pour retrouver le bon sentier et continuer jusqu’au sommet. Avant celui-ci, il y a un dernier passage aérien qui pourrait franchement bloquer les personnes sujettes au vertige. Après, c’est le sommet et la beauté à 360°. :

Randonner dans les Dolomites

Randonnée – Ascension du Sassopiatto :

8,1km en boucle  3-5 heures  950 D+

Départ : Arrivée de la remontée mécanique Florian (46, Localita Saltria, Alpe Di Siusi, 39040, Castelrotto)

Parcours : Le sentier est bien marqué mais il faut rester attentif pour ne pas prendre erronément les sentes dangereuses. Proche du sommet, un court passage aérien pourra impressionner les personnes sujettes au vertige.

Parcours GPX

Randonner dans les Dolomites


Les Dolomites en feu

Lorsque l’été se retire peu peu, il reprend un peu de chaleur au profit des flammes. En effet, de la fin de l’été jusqu’au milieu de l’automne, les Dolomites offrent un spectacle absolument époustouflant. L’aurore et le crépuscule se parent de leurs couleurs de feu pour offrir un spectacle incroyable. Il suffit de prendre un peu de hauteur pour toiser les vallées et les sommets au loin.

Les premiers et derniers rayons du soleil colorent les pâles sommets des Dolomites de teinte or, rose, rouge ou encore orange. Le soleil écrit avec sa lumière, il est le photographe de nos coeurs…

Randonner dans les Dolomites

Cet article n’aurait pas été possible sans la collaboration de l’Office du Tourisme du Süd-Tirol. Je garde cependant une entière liberté dans mes propos.

Enregistrer

Enregistrer

5 Commentaires

  1. Sublime reportage. C’est drôle, j’y suis allée exactement en même temps que toi, de façon spontanée et non préparée, et j’ai ressenti tout ce que tu racontes sur la beauté et la majesté automnale de ces montagnes. Je pense que tu retrouveras dans mon article beaucoup de ces lieux 🙂

  2. Salut merci beaucoup pour ce site riche en informations & qui fait rêver !! J’aimerais organiser un trekk pour mon chéri & moi et ce parcours me parait idéal ! Est-ce que tu penses que pour un premier c’est envisageable ? Nous n’en avons jamais fait (mais sommes sportifs ;)) + est-ce qu’il y a des impératifs à connaître ? merci d’avance !

  3. Hello Laura, je pense que toutes les infos sont dans l’article. Attention, il s’agit de 4 randos distinctes et nont d’un trekking en autonomie. Il faut être véhiculé pour se rendre sur les randos 😉

Laisser un commentaire