Active Patch 4U : le TEST !

3

Depuis une grosse année, en Trail, c’est la nouvelle interrogation : que sont ces pansements que les élites (Kilian, Anton, François,…) portent sur leur corps? Stimulant des points d’énergie, ils ont la prétention de soulager et de prévenir les inconforts et les gênes. Close-up sur ces Active Patch 4U que j’ai pu tester pour vous !

Intrigué, comme beaucoup d’entre-vous par ces patchs, j’ai contacté l’entreprise un peu avant le lancement commercial du produit qui m’a très aimablement et très rapidement envoyer un échantillon de test. J’étais vraiment intrigué. De nature pratico-pratique, il m’était nécessaire de faire ma propre opinion et de les tester sur moi !

Active Patch 4U : c’est quoi ?

Avant de me lancer dans le test à proprement dit, revenons sur ces fameux patchs. Comme vous pouvez l’apercevoir sur la photo, les patchs sont présentés dans une boite cartonnée. Une fois en main, il ressemble à si méprendre à des sparadraps bariolés pour enfant. Pourtant, une fois les languettes protectrices enlevées on se trouve face à une bandelette noire qui écarte définitivement l’idée première du simple sparadrap ! Quelle est-elle? Voilà ce que nous donne comme information la marque française :

Composition de la mousse : Brevet FR 1257656

Les Active Patch 4U sont faits d’une mousse respirante et perméable, déposée entre un textile neutre en nylon à grosse maille (respirant) et une membrane polyuréthane noire de même constitution que la mousse.

Elles contiennent plus de 20 oxydes métalliques et des terres rares broyées de taille micrométrique en concentrations précises, d’environ 30 g par m².

La couleur noire de l’Active patch 4U provient de l’adjonction d’un charbon organique qui augmente le pourcentage d’émissivité et sa plage d’action.

Action physique du patch :

– Le patch absorbe et renvoie à 95 %, l’énergie reçue dans la gamme précise de 4 à 200 micromètres, soit dans l’infra-rouge lointain.

– Entre 27 et 39°C, le corps émet un  rayonnement maximum de longueur d’onde entre 9,28 et 9,66 µm (infra-rouge lointain)

3 modes d’action principaux :

I : Prévention :

la mise en place de l’Active Patch 4U sur une zone d’inconfort connue va aider au renforcement de la zone pour limiter l’apparition de la sensation d’inconfort.

II Confort :

Entretien, stimulation, détente sur les différentes parties du corps où est perçu l’inconfort.

III Stabilisation après les sensations d’inconfort :

Le patch n’a pas vocation à traiter un disfonctionnement de l’organisme, mais il va contribuer à retrouver un bien-être énergétique local et global (voir mode d’action).

On est donc clairement dans la sphère des médecines parallèles telles que l’acupuncture, la médecine chinoise, l’ostéopathie, etc. (voir ici pour une explication détaillée du mécanisme : http://www.activepatch4u.com/action-des-active-patchs-sur-le-vivant/) C’est la raison pour laquelle j’en ai tout de suite discuté avec mon ostéopathe qui m’a conseillé et déjà conforté sur l’ensemble des points à stimuler en cas de gêne.

Test

En effet, le site internet (http://www.activepatch4u.com/) présente selon les gênes et les douleurs rencontrées l’ensemble des points minimums à stimuler. Durant cette période de test, mon entraînement était assez intense car je préparais la Bouillonnante (56km et 2200D+) elle-même en préparation du Trail de Verbier St-Bernard en juillet (61km et 4000D+). Je vous invite d’ailleurs à faire un tour sur mon Profil Movescount. Durant toute cette période, j’ai connu une faiblesse au niveau du tibia. J’ai tout de suite trouvé ma situation de gêne sur le site de la marque :

Active Patch 4U
Les points minimums à activer par la pose d’un Active Patch 4U sont : N°1 : Face interne juste sous le genou, dans le trou entre les muscles, 3 cm sous le genou et 3 cm vers l’intérieur N° 2&3 : patch sur la face antérieure et interne de la jambe, le long du tibia, sur les zones d’inconfort N°4 : Point situé face externe de la jambe au tiers inférieur, sur les muscles péroniers.

 

Cependant, n’ayant pas suffisamment de patchs pour activer l’ensemble j’ai placé le patch au niveau de la douleur qui se situait entre le 2 et le 3. Et là, je ne vais pas dire que le mal s’est éteint en quelques heures car, malgré le patch, si j’appuyais sur la zone d’inconfort cela restait sensible. Par contre, la gêne et l’inconfort avait complètement disparu lors de la sollicitation c’est-à-dire en course. Sur ce point, je rejoins véritablement les commentaires des athlètes-testeurs. On regagne en confiance, on oublie les petites tensions car on sait que cela ne s’aggravera pas. L’activation des zones me semblent pour moi réelle et tangible en diminuant la gêne et en stimulant plus que vraisemblablement la guérison.

Active Patch 4U

Pour complètement faire disparaître la tension, il est évident qu’il m’a fallu aller chez l’ostéopathe pour supprimer le déséquilibre ostéo-squelettique qu’un patch n’aurait pu changer. Il n’empêche que je suis agréablement surpris par leur action. Dans la même optique, dès que je sentais une petite faiblesse j’appliquais un patch en prévention pour éviter une dégradation tant en compétition qu’en entraînement.

Je reste cependant convaincu que les Active Patch 4U sont à utiliser dans le cadre d’un accompagnement ostéopathique ou kinésithérapeutique. Notons sur ce point que des formations spécialisées dans leur utilisation sont en train d’être mise en place par la marque afin de fournir un encadrement professionnel à ce nouvel outil !

Update septembre 2014

2 mois et demi étant très court pour faire un test suffisamment global, je reviendrai sans doute sur cet article dans le futur afin d’y apporter mes observations futures.

Voilà qui va être fait ! Je reviens pour apporter quelques précisions. Cet article a été publié début juin et après trois mois supplémentaires, je peux encore et toujours vanter ce produit.

Le mois de juin ayant été assez lourd au niveau de la charge d’entraînement en préparation de Verbiers-St-Bernard, j’ai développé des gênes sur la face externe du mollets (point 4 sur la photo ci-dessus). Malgré la coupure des vacances et la non participation au Trail, je n’ai pas su m’en défaire.

Ce n’était pas handicapant tant que je restais sur des sentiers meubles mais, dès que je courrais sur la route, la gêne se transformait en douleur et m’empêchait de courir pendant plusieurs jours. Pas la peine de vous faire un dessin, c’est assez contraignant !

J’ai donc décidé de racheter une pochette de Active Patch 4U. Je suis allé faire une séance pour créer la gêne et la situer avec le plus de précision possible. J’ai apposé les deux patchs (douleurs symétriques). Dans les jours qui ont suivi, j’ai enchaîné deux séances de fractionnés sur sol dur, un VTT et une sortie en endurance fondamentale sur route…  Autrement dit, il s’agissait de séances qui provoquaient habituellement les gênes douloureuses.

Alors que lors de la première séance de fractionnés (qui était en côte), j’ai ressenti encore sa présence mais elle était clairement contenue. Pour les autres séances par contre, la gêne avait complètement disparu. Et là, je vous confirme la véritable efficacité de ces patchs ! Ici, j’irais même plus loin que ce que j’avais pu exprimer en juin. Non seulement la gêne est réduite à néant mais en plus la zone est complètement guérie (plus de douleur à la pression).

Pour les plus cartésiens d’entre-vous, je vous invite à lire l’analyse du brevet par La Cave à Jaife.

A très bientôt !

Commentaires

3 Commentaires

Laisser un commentaire