TEST : Inov-8 TerraClaw 220

1

Les Inov-8 TerraClaw 220 ne passent pas inaperçu dans les rayonnages. Avec son look original et ses caractéristiques à faire saliver le coureur des bois, elle n’a pas manqué d’attirer mon attention depuis sa sortie. Je vous livre ici mes impressions sur cette chaussure de la marque anglaise orientée vitesse et technicité !

Inov-8 est une jeune marque anglaise créée en 2003. Pionnière dans le développement de chaussures adaptées à la foulée naturelle, elle propose des produits respectant le bon fonctionnement biomécanique du pied et du corps. Elle propose donc des chaussures légères, flexibles et avec un faible drop afin d’optimiser l’équilibre naturel du corps.

Fiche technique

Les Inov-8 Terraclaw 220 proposent donc :

  • Drop : 4mm
  • Poids : 220gr
  • Semelle extérieure Dual-C bi-densité : elle permet une grande adhérence, et une excellente protection du pied tout en restant souple et flexible.
  • Chaussant en mesh avec éléments thermocollés : L’entièreté de la chaussure est en mesh et seuls quelques éléments thermocollés viennent donner le maintien et la protection nécessaire tout en conservant une respirabilité complète.
  • X-Lock : Empiècements latéraux de maintien
  • Protective Toe Cap : Pare-pierre
  • Laçage asymétrique : il permet un ajustement plus précis tout en évitant les point de pression sur le dessus du pied.

Inov-8 TerraClaw 220

Prise en main

J’ai toujours voulu essayer cette marque. Leur philosophie consistant à développer des chaussures respectant la foulée naturelle m’attirait depuis longtemps. De plus, leur petite diffusion en Belgique ne faisant qu’entretenir ma curiosité vis-à-vis de la marque. Lorsqu’en 2015, ils ont lancé les Inov-8 TerraClaw 220. J’ai tout de suite été séduit par leur design. Ce n’est pas pour rien que le modèle à remporter un célèbre Red Dot Design Award.

Légères, elles le sont. En soupesant la boite, je me suis exclamé : « Mais, il y a rien là dedans ». Elles étaient bien là et en les prenant en main, on est directement frappé par l’épaisseur du mesh. C’est du costaud. Cela n’a rien à voir avec celui des S-Lab Sense ou des Hoka One One Speedgoat. Ici, c’est vraiment très épais. Il est d’ailleurs préférable qu’il en soit ainsi car il n’y a pratiquement pas de renforts en plastique. Ces derniers forment « simplement » un strap autour du chaussant structurant le textile. C’est impressionnant d’ingéniosités et c’est beau à la fois.

Pour moi, en statique, la plus grande réussite est le design. Ces chaussures sont superbes. On serait prêt à en commander une paire supplémentaire pour en porter tous les jours… D’ailleurs, en en parlant… ;). Outre le « strapping » thermocollé, le laçage asymétrique est du plus bel effet tout en étant, comme on le verra, extrêmement utile.

La semelle présente des crampons proéminents. Ils respirent le grip et semblent, à première vue, apprécier la boue. Je suis surpris de voir que la semelle n’est pas aussi souple qu’elle peut y paraître. Certes, elle l’est plus que sur les Hoka et les Sense mais je m’imaginais avoir une semelle extrêmement flexible comme sur les Minibus New-Balance. Il n’en est rien.

Bois de Hal

Au pied

Une fois chaussé, les Inov-8 TerraClaw 220 sont de véritables chaussons. Le laçage asymétrique est vraiment surprenant car il permet de supprimer la pression aux endroits de flexions du pied et au talon. Vous n’aurez pas à revoir votre laçage tous les 3 km. Le mesh est très enveloppant et chaud. Je dirais même un peu trop chaud. Elles sont respirantes mais les chaussures gardent pas mal de chaleurs. C’est intéressant dans la boue, cela l’est moins en pleine canicule.

Allez, c’est parti. Les premières foulées sont souvent révélatrices. La sensation est directe. Je retrouve le plaisir dynamique et léger des Salomon S-Lab Sense. En montée et sur le plat, les Inov-8 TerraClaw 220 suivent vos accélérations sans broncher et, dans les descentes, vous n’avez qu’une envie : passer la vitesse supérieure. Sur 10 bornes à fond les bidons, ça dépote sec. Par contre à partir de 20, ça devient spartiate car la semelle est très dure. Sur ce point, oubliez le moindre centimètre de macadam car ça tape !

Malgré une épaisseur de semelle similaire aux Sense, les Inov-8 TerraClaw 220 tapent fort et n’ont pas le confort des Salomon. Il faudra veiller à avoir les pieds et les jambes préparées à la course naturelle ! Pour reprendre des termes automobiles, c’est tape-cul. Les suspensions sont dures. Pour moi, c’est son principal défaut. La semelle n’est vraiment pas confortable. Je me suis vite rendu compte que cette bête de course était prévue pour des courses courtes distances et rapides, très rapides. Elles ne vont pas vous épargner si vous êtes un peu fatigué et que votre foulée perd en efficacité !

Restons focalisés sur la semelle, les crampons sont proéminents mais malgré cela, l’accroche n’est pas si spectaculaire. C’est l’autre bémol à cette chaussure. Cela tient la route. Vous pouvez prendre des virages serrés à fond mais vous sentez qu’elles ne sont pas à 100%. C’est peut être dû à ma morphologie aussi. Il faut savoir que le fit des Inov-8 TerraClaw 220 est assez large au niveau de la Toe Box afin de permettre au pied de s’écraser et de jouer son rôle d’amortisseur naturel. Seulement voilà, j’ai les pieds très étroits et l’avant de mon pied a tendance à voyager dans la chaussure ce qui ne facilite pas la précision.

Bois de Hal

Les Inov-8 TerraClaw 220 : En conclusion

Les Inov-8 TerraClaw 220 sont de petits bijoux de design mais heureusement la marque ne se satisfait pas uniquement de cela. La chaussure respecte la foulée naturelle et possède donc un dynamisme intrinsèque éblouissant. Malheureusement, à être trop typée course, elle devient bien moins polyvalente que sa principale concurrente la Salomon S-Lab Sense.

Enregistrer

NOS NOTES ...
Confort
Dynamisme
Stabilité
Accroche
Durabilité
PARTAGER
Article précédentBouillonnante 2016 : un Ultra Trail de Chevalier (74km et 3600D+)
Article suivantLe Trail running, une fin en soi ?

Commentaires

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire