fbpx
More

    Randonner à cheval en Ardenne – Forêt de Saint-Hubert

    À cheval, la perspective change. Les sentiers longuement foulés semblent différents. Sur le dos d’un cheval, c’est un autre monde qui s’offre à nous. Randonner à cheval en Ardenne fait revivre les forêts d’antan à une époque où seuls les échos des galops effrénés résonnaient au dessus de la canopée. Je vous embarque avec moi pour une chevauchée dans la Grande forêt de Saint-Hubert…


    Akhal Teke en Ardenne

    Randonner à cheval en Ardenne

    Réminiscences équestres

    Mon premier contact avec la forêt d’Ardenne se fit à cheval lorsqu’adolescent, passionné d’équitation, j’entreprenais ma première randonnée à cheval. Je m’en souviens comme si c’était hier. C’était sur le Plateau des Tailles, à Bihain pour être exact. Pendant une semaine, nous avons sillonné avec des amis le plateau pour finir au Centre européen du Cheval à Mont-le-Soie. Là, nous dormions sous des tentes militaires avec les chevaux à quelques mètres… Le rêve !

    Pour parler à un cheval, il n’y a pas besoin de mots. C’est une étreinte charnelle qui alimente nos rêves.

    – Bartabas

    Depuis, de nombreux autres voyages à cheval se sont ajoutés – Champsaur, Drôme, Cévennes ou encore en itinérance en Wallonie -, marquant au fer rouge mon goût pour l’aventure, la nature, les bivouacs, les nuits à la belle étoile. Très rapidement l’odeur du cheval, du sapin et du feu de bois sont devenus synonyme d’aventure ! Car oui, si aujourd’hui, je crapahute en forêt ou en montagne et que je me plais à vivre dehors, c’est grâce au cheval !

    Cheval dans une sapinière en Ardenne

    L’ardenne et le cheval

    Désormais invisibles mais non effacées, les légendes de la Grande forêt d’Ardenne planent encore par dessus la cime des arbres. Parmi elles, celle de la divine Epona, déesse celte des chevaux dont la rumeur parcourt encore les sentes et chemins cachés. Aujourd’hui, elle n’existe plus qu’au travers des histoires racontées par des cavaliers le soir autour du feu.

    Sculptures boisées, tapis de lumière, chant des brumes, l’Ardenne est une terre où les arbres vénérables vous invitent à vivre et à rêver…

    Jeune pousse de sapin en Ardenne

    Au coeur de ce palimpseste, le cheval rythme la musique forestière depuis des siècles. Peu de personnes le savent mais l’Ardenne (et la Belgique en général) a toujours été une terre de cheval. Ce fut d’abord le cheval de trait qui a tant aidé l’homme à apprivoiser la forêt avant que le cheval vapeur ne viennent tout brûler et quadriller.

    Quand Épona rencontre Arduina, le voyage à cheval devient l’épitomé d’une ultime symphonie forestière : celui du galop résonnant dans les vallées et appelant l’homme à sa pure naturalité…

    Il n’est donc pas anodin que deux milles ans plus tard, la prégnance équestre en forêt d’Ardenne soit encore aussi forte. La Grande Forêt de Saint-Hubert a ainsi décidé de faire revivre ce lien étroit qui unit le cheval à la forêt. Plusieurs itinéraires balisés sont ainsi en développement afin de permettre à tout un chacun de revivre les sensations des premiers explorateurs de la forêt. Ils viennent s’ajouter à ceux que l’on retrouve dans le Pays de Bouillon en Ardenne ou autour du Centre européen du cheval près de Vielsalm.

    Randonner à cheval en Ardenne

    Randonner à cheval dans la Grande Forêt de Saint-Hubert

    Compagnons de chevauchée

    Lorsque l’équipe de la Grande Forêt de Saint-Hubert m’a annoncé qu’elle prévoyait de valoriser le tourisme équestre. Je n’ai pas pu cacher mon enthousiasme. Leur projet ? Développer une offre de parcours permanents à la journée ou en itinérance sur le territoire. Avec Laurène de Carnet d’escapades, Alexandra de Itinera Magica et Mirre de Mirre op Reis, j’ai eu l’occasion de parcourir ces futurs itinéraires .

    Partagé entre l’itinérance et le parcours en étoile, notre séjour m’a permis de découvrir sous un oeil nouveau ce gigantesque massif forestier. Dans cette aventure, j’embarque avec moi mon cheval, Vyjdan. En effet, je suis l’heureux compagnon d’un petit akhal téké depuis plusieurs années. Pour la première fois, je peux l’emmener avec moi dans l’un de mes voyages. C’est juste le paradis !

    Cheval en Ardenne

    Car le cavalier doit déjà accepter la part de nature sauvage que contient le cheval.

    – Laurence Bougault, La Liberté du Centaure

    Julien Libert et son Akhal Téké

    Jour 1 : De Transinne à Hatrival

    Départ dans la brume

    Notre petite aventure équestre commence à Transinne à l’Ecurie des Longs-Prés. Cette dernière loue des chevaux aux non-propriétaires. C’est toujours bon à savoir car cela n’est pas toujours évident à trouver sur le territoire. Vyjdan m’attend dans un pré. La brume ne s’est pas encore levée. C’est dans cette ambiance typique de l’Ardenne que nous préparons nos chevaux. Ces derniers grattent le sol, renâclent, soufflent… Ils ont la même envie de voyage que leurs cavaliers.

    Désormais, le martèlement des pieds de nos montures sera notre mélodie syncopée pour les quatre prochains jours.

    Grande Forêt de Saint-Hubert

    Cette étape de 29km nous emmène jusque Hatrival à quelques kilomètres de Saint-Hubert. Elle nous fait traverser presque tous les paysages que nous pouvons trouver en Forêt de Saint-Hubert. Bien que la première partie soit trop monotone à mon goût, la seconde nous immergera totalement en forêt. Peu après le pique-nique, les grandes sapinières et les premières landes plantent alors le décor des histoires qu’il me plait à vous conter.

    Randonner à cheval en Ardenne
    Randonner à cheval en Ardenne

    Rencontre sauvage

    Lentement au gré du renâclement de nos chevaux, la forêt nous enveloppe de son linceul de verdure. De son côté, le soleil à son zénith nous inonde de de sa franche lumière. Pourtant, les branches des arbres veulent nous couper de lui. Tout à coup, les bruits de la forêt s’intensifie. En instant, tout se fige. Vyjdan s’arrête net !

    Le cheval nous ouvre les portes d’un royaume tenu secret ; celui de la faune sylvestre, sauvage et magnifique !

    Des sangliers et leurs marcassins sont au milieu du chemin. Ils ne font même pas attention à nous. En effet, l’odeur des chevaux couvrant la nôtre, ils ne se doutent de rien. De plus, leur vue et leur ouïe ne sont pas assez bonnes pour remarquer les étranges centaures traversant leurs bois. C’est ça qui est merveilleux à cheval, on se fusionne littéralement avec la forêt.

    Sangliers en Forêt de Saint-Hubert

    Mon cheval a fait un sacré boulot. Il avait l’envie d’avancer. De fait, il se retrouvait suivant devant à tirer le groupe. Une fois dans les bois, C’est un cheval complètement différent. D’habitude sur l’oeil, il devient plus calme, plus posé une fois que l’orée est franchie. Arrivés à l’Écurie des Îles, la fatigue se fait ressentir mais ne dépasse pas le bonheur que la forêt nous a offert aujourd’hui. Nos montures logeront là tandis que j’irai coucher ma carcasse usée chez Gaussignac, un B&B à quelques centaines de mètres de là.

    Randonner à cheval en Ardenne

    Jour 2 : Boucle vers Arville

    Cathédrale forestière

    Après un accueil divin et un repas exceptionnel chez Gaussignac, nous retournons à l’écurie chercher nos montures. Aujourd’hui, point de grandes chevauchées mais une découverte des bois alentours. Le temps nous manquait malheureusement et nous n’avons pas pu faire le parcours complet jusqu’au village d’Arville. Renseignez-vous donc sur l’état des chemins avant de partir.

    Néanmoins, cela ne veut pas dire que nous n’en avons pas profité. La journée est magnifique. Le soleil chauffe déjà alors que la rosée n’a pas encore eu le temps de s’évaporer totalement. L’ambiance est complètement dingue. Même si la forêt peut, en apparence, ressembler à toutes les autres, c’est par ses incroyables ambiances qu’elle se distingue. Unique !

    Sous les arbres, nous entrons dans une cathédrale. La voûte sylvestre ne laissent passer que quelques minces raies de lumière.

    A cheval en Grande forêt de Saint-Hubert
    © Alexandra Besson

    À travers les genets

    Quelques instants plus tard, changement complet d’ambiance. Nous traversons une large zone de jeune sapin couvert de genêt. Le jaune des fleurs est éblouissant. Je ne sais pas pourquoi mais ce contraste de couleur, ce soleil et ce lac en fond de vallée me provoquent un frisson. Le même qui me parcourra l’échine quand, quelques instants plus tard, nous prendrons le galop.

    Galoper, c’est s’abandonner et laissez la puissance et l’impétuosité du cheval prendre le dessus. Galoper, c’est accepter de s’en remettre totalement à sa monture.

    On sent le cheval se tendre, se rassembler, on perçoit son coeur battre plus vite, sa respiration plus rapide. Et puis, c’est la déferlante. Les jambes de la monture se déploie à une vitesse extraordinaire. Le souffle se calque aux foulées. Notre corps épouse au mieux celui du cheval pour ne plus faire qu’un. C’est au galop, en pleine nature, que le plus souvent l’on trouve cette symbiose. Nous devenons centaure.

    Randonner à cheval en Ardenne

    L’Ardenne à cheval est une valse de senteurs : des résineux aux genêts en fleur mélangés à l’odeur du foin, du cuir et de bois brulé… Ces effluves qui ont bercé mon enfance ont créé mon parfum d’aventure.

    Fagne Saint Hubert
    Chevaux en Forêt de Saint-Hubert

    Jour 3 : Boucle vers Vesqueville 

    Automatisme équin

    Après avoir passé la nuit à l’Auberge de la Crémaillère à Bras-Haut, nous revenons à Hatrival où sont restés nos chevaux. Pourtant, l’établissement peut accueillir vos montures. En effet, ils disposent de quelques boxes. Cela vous permet ainsi de commencer cette troisième journée de Hatrival ou de Bras-Haut. Aujourd’hui direction Vesqueville et ses bois, c’est l’occasion de découvrir des paysages moins forestiers et plus agricoles.

    Après trois jours en selle, les perspectives s’ouvrent en même temps que les automatismes. Dès que le réveil sonne, on pense cheval. On va s’occuper de sa monture avant de s’occuper de soi. On apporte le grain, on vérifie qu’il n’y a pas de blessures. La faim nous tiraille. Pourtant, c’est le bien-être de la monture avant la sien. C’est ça qui est beau dans le voyage à cheval : l’abnégation totale au profit de son compagnon.

    Une main sur l’encolure, signature pour une nouvelle journée d’aventure.

    Randonner à cheval en Ardenne

    Une fatigue perceptible

    Pour cette 3e journée, la fatigue s’immisce progressivement chez les cavaliers comme chez les montures. Pourtant les couples cavaliers-chevaux, n’en démordent pas quant à leur envie de découvertes. C’est encore une journée parfaite. Le ciel est bleu et le soleil chauffe. Chaque passage en forêt est salvateur. La Grande Forêt de Saint-Hubert nous offre sa fraîcheur et ses trésors : chevreuils, sangliers, biches…

    Aujourd’hui encore, nous ne faisons pas tout l’itinéraire. Les montures accusent le coup en ce début de saison. Le seul printemps ne m’a donné suffisamment de temps pour entrainer mon cheval. Je préfère donc y aller calmement et respecter son rythme. Une après-midi au pré l’attend. C’est très bien comme ça ! Demain, c’est l’ultime et longue étape qui nous attend.

    Randonner à cheval en Ardenne
    Randonner à cheval en Ardenne

    Jour 4 : Hatrival – Chanly

    Le parcours d’aujourd’hui est en ligne et non en boucle comme les jours précédents. On sait tous qu’il n’y aura pas de raccourcis possibles et qu’il faudra assumer l’entièreté de la journée, nos chevaux aussi. En effet, les courbatures se font insistantes. Personnellement, j’ai un peu peur pour mon cheval. Vyjdan a les pieds douloureux depuis hier et je vois qu’il est fatigué.

    Dans la forêt, nous chevauchons comme des ombres. Les fougères sont alors les parchemins de notre fugace chevauchée.

    Pourtant, une fois dans les bois, Vyjdan est fidèle à lui-même : le nez au vent et la foulée décidée. Qu’est ce que j’aime ce petit cheval ! J’ai la chance de le côtoyer depuis qu’il est poulain. Si vous êtes cavalier, vous pouvez imaginer le lien fort, quasi indestructible qui nous unit. Fait de silence, il nous rappelle qu’il n’y a pas besoin de mot pour être en symbiose.

    Randonner à cheval en Ardenne

    Le parcours nous amène dans des recoins étonnants de la Grande Forêt de Saint-Hubert. Ainsi, sur la fin du parcours, une côte de 100m de dénivelé surgit au milieu de nulle part. Véritable mur, il impressionne par sa déclivité. Avec la fatigue de Vyjdan, je décide de mettre pied pied à terre comme je l’ai fait régulièrement depuis notre départ ce matin. Cette dernière journée est réellement éreintante pour les chevaux.

    Alors que nous approchions de l’arrivée, une erreur dans le parcours nous a obligé à couper à travers tout. Tout le monde n’était pas des plus surs. Le chemin inexistant et le dénivelé rendait la descente scabreuse. Vyjdan a le pied sûr et je savais que je pouvais lui faire confiance pour le coup. Finalement même si avec la fatigue et les heures de selles, ce contre-temps aurait pu vite nous énerver. Comment voulez-vous face à de tels paysages : 

    Randonner à cheval en Ardenne
    OLYMPUS DIGITAL CAMERA

    À cheval, il y a une forme de langueur nous faisant prendre conscience d’une infinité de nuances. Il y a tant à observer qu’il faudrait plusieurs vies pour atteindre l’exhaustivité dans sa description.

    Randonner à cheval en Ardenne

    Cette dernière journée était encore une fois magnifique. Certes, j’adore ce massif forestier depuis plusieurs années. J’ai peut-être perdu un peu de mon objectivité au milieu de ces bois. Pourtant, je ne cesserai de dire que c’est une des plus belles forêts qu’il m’ait été donné de voir. Il y a cette forme de sauvagerie ambiante la rendant attirante et impétuseuse. La parcourir avec mon cheval fut tout simplement extraordinaire.

    Le seul point négatif de cette journée est l’absence d’infrastructure à Chanly. En fait, il existe bien un relais équestre mais l’accueil reçu fut tout simplement exécrable. Je vous le déconseille vivement. C’est dommage car c’était à quelques encablures de notre logement au Moulin de Resteigne. Cela nous a obligé de ramener les chevaux en camion à Hatrival alors qu’ils auraient pu passer la nuit à quelques centaines de mètres de nous.

    Grande forêt de Saint-Hubert

    Conseils

    IMPORTANT : voici une série de conseils pour organiser au mieux votre séjour.

    1. ATTENTION : je ne vous communique pas les itinéraires car ils n’ont pas encore été validés par la Grande Forêt de Saint-Hubert. Ceux-ci seront communiqué durant le mois de mai 2020.
    2. NON BALISÉS : les itinéraires ne seront pas balisés et nécessitent une bonne connaissance en lecture de cartes.
    3. CAVALIER CONFIRMÉ : Si vous souhaitez organiser vous-même votre randonnée, les itinéraires s’adressent à des cavaliers expérimentés en randonnée. Si vous souhaitez vous faire accompagner, je vous suggère de contacter les manèges de la région.
    4. TRANSPORT : je vous conseille d’avoir une intendance véhiculée afin de palier à tout soucis autant chez les chevaux que chez les cavaliers notamment pour la dernière journée.
    5. ITINÉRANCE : il y a la possibilité d’être 100% autonome en bivouaquant sur des aires de bivouac ou de planter votre tente chez des particuliers. Adressez-vous à la Grande Forêt de Saint-Hubert ouMaison du tourisme de la Forêt de Saint-Hubert pour en savoir davantage.

    Ce voyage n’aurait pas été possible sans la participation de Visit Ardenne et de la Grande Forêt de Saint-Hubert, je garde cependant toute la liberté dans mes propos.

    Ardenne

    Julienhttps://www.sentiersduphoenix.be
    Je m'appelle Julien, j'ai 31 ans. Je suis passionné d'aventures, de nature et de sports outdoor. Mon blog "Sentiers du Phoenix" est un peu comme mon feu de camps permanent autour duquel je te partage toute ma passion pour l’Aventure, le Trail et la vie en pleine nature. On part ensemble à l'aventure ?

    2 Commentaires

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Entrez votre commentaire

    Entrez votre nom ici

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Newsletter

    L’aventure dans votre boite mail garantie sans spam !