Courir avec un pectus excavatum, c’est possible !

4

Aujourd’hui est un jour particulier sur le blog car il ne sera pas question de conseils, de tests ou de performances mais du pectus excavatum. Quoi ? Qu’est-ce que c’est ? Il s’agit d’une malformation congénitale du thorax le creusant vers l’intérieur et diminuant ainsi ma capacité pulmonaire de 10%. Cela fait longtemps que j’ai envie d’écrire cet article, non pas pour attirer la pitié, mais pour prouver à toutes les personnes qui en souffrent qu’il est tout à fait possible d’être sportif d’endurance sans trop de problèmes.

Le pectus excavatum

« Le pectus excavatum (ou thorax en entonnoir) est la déformation la plus fréquente du thorax, le plus souvent congénitale (présente à la naissance) ou se développant au cours de la croissance, caractérisée par un enfoncement plus ou moins prononcé de la partie inférieure du sternum, causée par une longueur excessive des cartilages costaux, qui relient les côtes au bord latéral du sternum » (source : Wikipedia). À lire cette définition de Wikipédia, cela n’a pas l’air d’être terrible pourtant cette malformation cause une véritable compression des organes internes (poumons et coeur).

Pectus excavatum

 

De nombreuses études démontrent ainsi que cette compression peut être telle que, pour un sport donné, la personne possédant un pectus excavatum sera davantage fatiguée qu’une personne normale. Certains professionnels de la santé recommandent d’ailleurs un encadrement complet de la pratique sportive. De fait, dans les cas les plus graves, les complications cardiaques guettent la personne qui a un pectus excavatum.

Néanmoins toutes ces complications sont extrêmement rares. Pour la majorité des personnes possédant un pectus et, hormis une réduction de la capacité pulmonaire, l’aspect le plus handicapant est purement visuel. Finalement, c’est surtout le regard des autres qui est le plus difficile à gérer.

Pourtant, il y a moyen de se faire soigner. L’opération est possible suivant différentes techniques (barre métallique dans le thorax pour redresser la cage thoracique) mais extrêmement douloureuse. Pour vous donnez une idée, la péridurale post-opératoire est plus que nécessaire. Cela vous donne une idée des douleurs occasionnées. De plus, il est préconisé d’effectuer cette opération à l’adolescence.

Mon pectus

Comme vous vous en doutez, je n’ai pas fait cette opération extrêmement lourde qui demande un arrêt complet des activités de 6 mois à 1 an. Personnellement, je n’ai jamais eu l’impression d’être gêné par cette malformation. Je trouvais donc un peu inutile de foutre 1 an de ma vie en l’air juste pour être physiquement dans la norme !

Mon pectus excavatum

 

Pourtant, je peux vous dire que j’en ai bavé et, qu’aujourd’hui encore, il m’arrive de surprendre amusé des regards de dégoût sur le visage de certaines personnes. Pourtant chaque regard, chaque dégoût m’a rendu plus fort et m’a donné une chose essentielle dans le sport : le mental !

Faire du sport avec un pectus, c’est possible !!

J’en viens à la raison d’être de cet article. Non, ce n’était pas pour exposer mes semblant d’abdos sur le web. Je vous rassure ;). La raison d’être de cet article est de pousser toutes les personnes ayant cette malformations à dépasser leurs peurs, à dépasser leurs complexes et à dépasser leur « handicap » en sport.

OHM Trail
Photographie d’Anaïs Maréchal

Oui, j’ai un pectus, qui plus est, extrêmement développé (3 cm de profondeur). Oui, au dernier test à l’effort, j’ai appris que j’avais 10% de volume pulmonaire en moins que la moyenne des gens. Pourtant, cela ne m’a pas empêcher de finir l’OCC en 2015, le 75km de la Bouillonnante ou encore d’atteindre un sommet après quelques années de sport seulement.

C’est certain que j’ai sans doute plus dur qu’une personne normale. Je sais aussi que je ne serai jamais pro. Mais au final, est-ce que tout cela importe? Le problème de cette malformation n’en est un que si l’on se compare aux autres ! Si l’on reste concentré sur soi, sur son évolution, qu’importe le résultat, qu’importe la douleur ou la difficulté, on fait du sport et c’est ça le principal.

En préparant cet article, j’ai lu très souvent que des personnes handicapées par cette malformation n’osaient pas se mettre au sport parce qu’ils avaient lu que leurs capacités physiques étaient amoindries. Oui, et alors? Alors oui, c’est dur quand on commence à courir mais c’est dur pour tout le monde. Le pectus, on est né avec. On s’en fout de savoir l’effet que cela ferait sans lui, on en saura jamais rien (pour peu qu’on ne fasse pas l’opération).

Pectus Excavatum

Concernant l’opération, beaucoup de personnes déclarent que c’est le jour et la nuit. Je veux bien le croire. Mais à quel prix??? Une année de sa vie ! Elle est bien trop courte pour visiter les hôpitaux quand cela n’est pas vital !! D’autant plus que pour les personnes opérées, elles ont surtout gagnée de la confiance en soi pas de la VO2Max.

Elles ont plus faciles en sport parce qu’elles ont surtout pris confiance en elles. Je ne pense pas que ce sont les 10% en question qui changent la donne. J’en reviens à mon cas. Mon médecin m’a ainsi indiqué que pour contrer mes 10%, j’avais développer une fréquence respiratoire beaucoup plus rapide que la moyenne. Cela signifie que mon corps s’est adapté à ma malformation afin de tenter de la contrer.

En conclusion

Si vous n’avez pas de gênes particulières, foncez dans le sport, faites-vous plaisir, vous vous sentirez mieux de jour en jour autant physiquement que mentalement. Oubliez les chiffres, oubliez les regards, le corps est tellement bien foutu qu’il trouvera la parade pour vous emmenez là où vous le souhaitez.

Si votre objectif est de courir un Marathon, courez un Marathon. Vous préférez 10km? Faites 10km. Tant que le plaisir du sport et du dépassement de soi sera à la base de votre motivation rien, ni personne ne pourra vous empêcher d’atteindre votre objectif.

AMEN 😀

4 Commentaires

  1. Bravo pour cet article.

    J’ai moi aussi un PE très marqué esthétiquement (4cm de creux) mais qui ne m’a jamais empêché de vivre mes sports avec passion, en particulier des sports d’endurance, et en obtenant des résultats honorables : top 10% de l’étape du tour (cyclosportive de 140km en montagne ouverte aux amateurs et reproduisant le parcours d’une étape du tour de France), finisher de la Haute Route des Alpes (cyclosportive la plus haute et la plus dure du monde, de Genève à Nice par de nombreux cols), ainsi que de nombreuses cyclosportives dans les Alpes, des courses en courant (38mn au 10km), de la natation : participation aux championnats de France junior dans ma jeunesse, et sauveteur en mer durant mes études après avoir passé tous les diplômes qui incluent bien sûr des tests physiques. Autant dire que mon PE ne me donne pas le sentiment de m’avoir empêché de faire du sport!

    Je n’ai jamais effectué de tests médicaux, et à vrai dire je préfère ne pas en passer : savoir que mes capacités sont réduites de x% par rapport à une « normale » que je ne connaîtrai jamais ne me fera pas avancer, bien au contraire cela risquerait de me polluer l’esprit lors d’efforts sur plusieurs heures où la résidence mentale joue autant que le physique.

    Le seul inconvénient du PE est esthétique, cela m’a complexé à l’adolescence (j’ai aujourd’hui 31 ans), à présent je trouve qu’il amplifie un peu ma maigreur mais cela ne m’obsède pas et il ne m’empêche pas de vivre!
    Bravo pour ton blog, bonne continuation à toi

    Sportivement,
    LP

    • Merci pour ton commentaire que je ne vois que maintenant. Quel boulet !
      Je t’avoue que le fait de connaitre ma capacité pulmonaire ne m’a jamais préoccupé car, comme tu le dis, dans les épreuves d’endurance, le mental joue un rôle capital.
      D’ailleurs, je tente la CCC cette année comme quoi… Plus on est fou ^^
      Bonne continuation à toi !
      Ju

    • Si vous avez des douleurs, il faut consulter mais généralement ces douleurs sont dues à une mauvaise posture qui découle d’un manque de sport et de confiance en soi…. C’est un cercle vicieux. Allez voir un spécialiste et s’il vous dit que ces douleurs ne sont rien de graves, foncez dans une salle de sport. Le sport est le meilleur médicament contre les complexes 😉

Laisser un commentaire