Le coureur des bois aime les bières spéciales !

4

La bière, c’est un peu au traileur ce que la médaille est au marathonien, la récompense dûment méritée après l’effort. Et si cette boisson brassée avec sagesse pouvait prolonger l’expérience des longues heures à courir en nature? Petit focus sur les bières spéciales aux saveurs forestières.

Le coureur nature se plaît dans l’effort et la contemplation du milieu qu’il parcourt pendant de longues heures. Une odeur, un bruit, un paysage, le traileur est constamment aux aguets souvent plus intéressé par ce qui l’entoure que par le concurrent devant lui. Une fois rentré chez lui, il ressent déjà l’inévitable appel à la liberté et aux grands espaces. Assis au coin du feu, le traileur rêve déjà à sa prochaine escapade.

La Belgique est une terre brassicole connue et surtout reconnue. Il ne fallait pas aller bien loin pour trouver un palliatif au Traileur en manque de bois et de nature. Puisant leur inspiration dans la forêt ardennaise, les maîtres-brasseurs nous proposent des bières spéciales inspirées par cette Arduenna Silva chantée et vantée depuis des temps immémoriaux. A chaque saison, ses trails mais aussi ses bières. Nous vous en proposons une petite sélection qui égaiera votre saison de trail (à boire avec modération) :

Lupulus – Brasserie des Trois Fourquets

Lupulus

Au nez, c’est une bière légère et estivale. On y retrouve des arômes d’agrumes (orange et citron), de thyms, de fleurs et de céréales. La bouche correspond bien au nez avec une dominante d’épices, de houblons aromatiques et une amertume présente mais équilibrée.

On se retrouve projeter au milieu d’une course à courir sous un magnifique soleil le long d’une prairie fleurie bordée de sapins. L’air est sec. L’odeur des blés coupés parvient à nos narines en provenance du fond de la vallée écrasée par le zénith. Ici, à l’orée des bois, les larges branches des arbres scandent la chaleur de bouffées d’air frais en provenance direct du cœur de la forêt.

Houblon Chouffe – Brasserie d’Achouffe

beer-houblon-chouffe

La Chouffe est une bière triple incontournable en Belgique et reconnaissable entre milles avec le lutin ardennais présent sur son étiquette. La Houblon Chouffe, quant à elle, est la version « Indian Pale Ale » de la célèbre bière. L’utilisation de trois types de houblon différent et la technique du « Dry hopping » (infusion de houblon à froid lors de la seconde fermentation) lui confère une amertume et une saveur fruitée inégalée qui s’ajoutent à la coriandre et aux épices tout en subtilité.

Le printemps et la fraicheur des prés éveilleront les sens de chaque coureur. On s’imagine en train de courir dans l’herbe couverte de rosée. Le soleil printanier vient juste de poindre à l’horizon peignant le ciel de couleurs pastel. Le souffle est court et nous ne cessons de varier les allures. L’amertume de l’effort est là pour nous le rappeler.

Forestinne Primoria – Brasserie Forestinne

La Forestinne Primoria est LA bière forestière par excellence. Au nez, les arômes de houblons et de maltes sont présents mais discrets. Ils laissent rapidement la place à des saveurs forestières dûes à l’utilisation de bourgeons de pins. En bouche, le malte se fait un peu plus présent, les arômes fruités également mais c’est encore une fois le sapin qui domine en fin de bouche.

Ici, changement de décors, c’est la fin de saison. Les Trails nocturnes et hivernaux battent leur plein. Dans ce froid glacial, seuls les sapins restent fiers. Ils dominent la forêt et restent les derniers à protéger les coureurs des cristaux tombant au dessus de la canopée. Malgré le piquant de l’air ambiant, l’odeur des sapins embaume l’atmosphère et réchauffe le cœur des coureurs au milieu de la nuit.

Meilleurs Voeux – Brasserie La Rulles

slider-rulles

Avec sa couleur sombre et son nez au saveur de caramel, de maltes grillés, de fruits confits voir de réglisse, la bière annonce un goût riche où les saveurs de café et de maltes torréfiés s’associent aux fruits macérés pour offrir une richesse toute festive en bouche.

La neige arrive au genou. Le coureur peine à avancer pourtant il faut continuer à avancer. Dans la nuit, le froid et à la frontale, la forêt lui paraît bien inhospitalière. Il s’en extirpe enfin et aperçoit au loin sa maison éclairée et la cheminée fumante. Plus que quelques hectomètres et il pourra savourer un bon repas et profiter d’une soirée au coin du feu.

Et la multitudes d’autres…

S’arrêter à quatre bières est évidemment réducteur de la richesse brassicole belge mais cela aura au moins le mérite de susciter votre intérêt pour leur dégustation sans oublier : l’incontournable Orval, mais aussi toutes spécialités régionnales comme la Houppe namuroise, la Bertinchamps gembloutoise, la Caracole dinantaise, la Bouillonnaise de Bouillon…

En Belgique, il y en a pour tous les goûts et chaque passionné de bière peut se lancer sans crainte dans une course, il y aura toujours matière à découvrir de nouvelles bières spéciales au bar après la course.

N’oubliez pas de consommer ces breuvages avec modération, l’abus d’alcool est préjudiciable à votre entraînement.

Commentaires

4 Commentaires

    • Ahah à boire après au risque d’avoir les jambes coupées mais oui quel plaisir que de savourer un Orval après une course 😉

  1. Un article sur la bière ? Quelle excellente idée ! Je ne les connais pas, à part la chouffe, va falloir s’entrainer…… 😉

    P.S : bravo pour ta dernière course !

  2. […] Pour l’ardennais, il s’agit (que) de se réhydrater – ne l’oubliez jamais ! Si vous n’êtes pas rompu à l’exercice, entraînez-vous comme pour le reste sans quoi cela risque d’être un chemin de croix ! Si vous êtes un coureur des bois, vous partez cependant avec un avantage puisque vous êtes fort heureusement un amateur de bières spéciales (Le coureur des bois aiment les bières spéciales). […]

Laisser un commentaire