Hoka One One Speed Instinct : Test

27

Les Hoka One One Speed Instinct marquent une révolution dans les chaussures de Trail de la marque. Avec une semelle beaucoup plus fine, un drop de 3 mm et un chaussant ultra précis, la Hoka One One Speed Instinct possède, sur le papier, tout pour concurrencer les Salomon S-Lab Sense.  Qu’en est-il réellement ? 

En janvier 2016, quand les premières images des Hoka One One Speed Instinct sont apparues sur Internet. Je venais de sortir mon test des Hoka One One Speedgoat. Ces chaussures ont vraiment été une révélation pour moi car elle me permettent de courir avec ma foulée naturelle tout en bénéficiant d’un amorti exceptionnel. Elles m’ont d’ailleurs accompagné sur toutes mes courses hivernales ainsi que sur mon premier ultra à la Bouillonnante.

L’apparence radicalement différente des Hoka One One Speed Instinct m’a intrigué au plus point. Avec sa semelle toute fine, son drop minuscule, elle respire la vitesse et la technicité. La marque Hoka One One aurait-elle créée la chaussure parfaite ? Un subtile mélange entre la précision et la vélocité des Salomon S-Lab Sense et l’amorti et le dynamisme des Hoka One One Speedgoat ?

Fiche technique

  • Drop : 3mm (23mm au talon, 20mm au méta)
  • Semelle intermédiaire PRO2LITE : elle possède une double densité qui assure l’amorti au niveau du talon et une réponse dynamique du méta, quelle que soit l’allure. On retrouve toujours le matériau R-Mat© à la base du célèbre amorti Hoka.
  • Semelle extérieure : Hoka, contrairement à la Speedgoat qui faisait appelle à une semelle Vibram, la Speed Instinct possède une semelle Hoka.
  • Crampons : léger et plutôt typé terrain sec ou légèrement humide.
  • Poids : 260gr

Hoka One One Speed Inspinct

Prise en main

Autant le dire d’entrée de jeux, ces chaussures sont déroutantes car elles ne ressemblent à aucune autre Hoka.

En fait, avec sa soeur de route (la Tracer), la Speed Instinct marque une petite révolution pour la marque « Oversize ». En effet, la semelle s’offre une fameuse cure d’amaigrissement. Avec 23mm au talon et 20mm sous les métas, on est bien loin des 33 et 28 mm de la Speedgoat. Cela augure une plus grande stabilité dans les dévers d’autant plus que la largeur reste identique à la Speedgoat.

Un drop de 3mm, c’est l’autre chiffre à retenir pour ces Hoka One One Speed Instinct ! La marque n’a jamais proposé une chaussure avec un drop aussi faible. Ce chiffre veut dire plusieurs choses. Non seulement, il respire la vélocité mais il va surtout convaincre les adeptes de la course à pied naturelle d’essayer cette marque qui a (à tord) été cloué au pilori par les adeptes du « minimalisme ».

Le chaussant, quant à lui, apparaît très proche du pied, plus précis, plus stable que celui de la Speedgoat. Le Mesh semble être fait d’une seule pièce et structuré par un treillis sur-imprimé qui lui garantit une plus grande longévité (voir ci-dessous) un peu à la manière des Inov-8 Terraclaw. Le mesh est assez épais et est même dédoublé. En effet, un mesh à mailles beaucoup plus fines se trouve à l’intérieur de la chaussure.

Là où nous aurions pu s’attendre à une semelle extérieure Vibram comme sur les Speedgoat, elle est ici 100% Hoka et plutôt légère et polyvalente. Le grip est présent mais ne semble pas adapté aux aux terrains gras. Cela se confirmera d’ailleurs une fois en action. Le pare-pierre prolonge la semelle et protège tout le pied avec une avancée plus grande au niveau du gros orteil. Là aussi, c’est un détail mais cela montre la destination à laquelle la chaussure est prévue : rapidité, vélocité et foulée naturelle.

La comparaison avec les Speedgoat est logique, celui avec les Salomon S-Lab Sense l’est peut-être un peu moins. Pourtant, dès leur prise en main, les Hoka One One Speed Instinct m’ont fait penser au best seller de Salomon. En effet, on retrouve le même degré de flexibilité de la semelle, le même type de chaussant proche du pied, la même impression de dynamisme, un drop similaire…

Voyons si cela se confirme en course.

Au pied

Dès qu’on enfile les Hoka One One Speed Instinct, la plupart des constations faites au niveau du chaussant se confirment. Il est extrêmement précis et englobe parfaitement le pied. Je me sens soutenu comme dans mes Sense. Les lacets plats permettent une laçage précis. Le pied ne bouge pas. C’est vraiment un plus car je trouvais le chaussant des Speedgoat imprécis. Ici, la chaussure est comme une seconde peau ! Attention à ce niveau, j’ai les pieds extrêmement fin. Je crains que cette chaussure ne soit pas adaptée pour les pieds larges.

Bien que la semelle soit plus fine que sur les autres Hoka, elle conserve la même largeur. Cela lui lui confère une très bonne stabilité mais aussi un confort accru sur les passages roulants.

Même si les portions rapides et/ou techniques sont ses terrains de prédilection, les Hoka One One Speed Instinct pourront également se révéler d’excellentes partenaires sur les parties roulantes où son dynamisme d’avant-pied vous propulsera vers l’avant.

Avec son drop de 3mm et la flexibilité de la semelle, cette chaussure donnera le meilleur d’elle-même avec une foulée naturelle. Néanmoins et malgré la cure d’amincissement de la semelle, l‘amorti typique de chez Hoka est toujours bel et bien présent.

C’est ça qui est bluffant avec les Hoka One One Speed Instinct : la chaussure est adaptée à la foulée naturelle mais conserve un amorti exceptionnel tant au talon que sur l’avant-pied.

Cet amorti vous excusera d’ailleurs votre attaque talon de fin de course quand la fatigue commence à tétaniser vos mollets. Pour moi, c’est l’une de ses qualités qui la rend apte à l’Ultra. Vous savez quand vos jambes ne répondent plus et que seule votre volonté vous pousse à avancer. Vous n’arrivez plus à maintenir votre foulée optimale et vous commencez  à attaquer involontairement du talon. Les Hoka One One Speed Instinct vous protègeront de cette situation.

Hoka One One Speed Inspinct

J’ai testé la chaussure lors de différentes séances : de la sortie au seuil sur route (oui, oui, vous lisez bien) à la sortie longue (30km) en passant des entraînements variés (fractionnés, fartlek, côtes, descentes). Je les ai également portée lors du Marathon du Mont Blanc, de la Tromso Skyrace et le Matterhorn Ultraks.

Malgré ces différentes contraintes, le mesh n’a pas bougé ! Or, il ne faut pas s’en cacher, c’est véritablement le point faible de la marque. Ici, les ingénieurs semblent avoir trouvé une solution pour accroitre la durabilité du mesh. En effet, le treillis en surimpression ainsi que la double épaisseur de mesh viennent solidifier le chaussant sans pour autant sacrifier à sa flexibilité. Le contre-point est malheureusement une respirabilité moindre. On a vite chaud au pied… Il faudra voir sur le plus long terme si cela n’occasionne pas de problèmes…

Enfin, la semelle extérieure se veut polyvalente. Elle ressemble d’ailleurs à celle des Sense. Malgré des crampons marqués, cette chaussure est faite pour les terrains secs ou légèrement boueux. N’espérez pas trouver le même grip que les Speedgoat avec Speed Instinct. Comme pour les Salomon, elles seront donc parfaites pour vos sorties estivale en montagne ou en forêt. Même si elles répondent très bien sur la route, vous veillerez à en faire le moins possible si vous souhaitez conserver votre semelle le plus longtemps possible.

Néanmoins et contre toute attente, elles ont été tout à fait sérieuse sur ma Tromso Skyrace où elles m’ont étonnamment surprise dans les portions en pierrier ultra techniques. Elles permettent une pose du pied rassurante permettant d’engager dans les descentes. Par contre, l’absence de plaque carbone sous les métatarses m’ont causé quelques douleurs lors de ce même passage très minéral.

Hoka One One Speed Inspinct

Hoka One One Speed Instinct : en conclusion

Je pense que Hoka frappe fort, très fort avec ces Hoka One One Speed Instinct qui séduiront plus d’un traileur !

C’est en ces termes que je clôturais la preview des Speed Instinct, il y a quelques semaines. Après tous ces kilomètres, je ne peux que le confirmer. Ces chaussures vont plaire car elles ont tout pour plaire !

La diminution d’épaisseur de semelle sans sacrifier l’amorti constitue à mes yeux la plus grosse plus-value de ces chaussures. Imaginez obtenir l’amorti des Hoka à semelles « compensées » avec le dynamisme et la vélocité d’une racer. Cet apparent paradoxe trouve sa concrétisation avec les Hoka One One Speed Instinct. Cela lui confère des qualités exceptionnelles en terrain technique mais vous garantit du confort sur les portions plus roulantes et sur les longues distances.

En plus de cela, l’amélioration de la qualité du mesh et le système de treillis structurant le chaussant permet une augmentation de la durabilité des chaussures. C’était un des gros point faible chez Hoka. Il semble résolu sur les Speed Instinct. Enfin, je terminerai par la précision du chaussant proche de celle des Sense.

Hoka One One Speed Inspinct

Enregistrer

Enregistrer

NOS NOTES ...
Confort
Dynamisme
Stabilité
Accroche
Durabilité
PARTAGER
Article précédent5 lieux magiques pour courir en Ardenne
Article suivant5 raisons de faire du Trail à Chamonix

27 Commentaires

  1. Le modèle existe-t-il également pour femme ?
    Dans le choix d’une chaussure « à tout faire », vaut-il mieux opter pour ce nouveau modèle ou pour les Speedgoat ?

    • Bonjour Marion, oui cette chaussure existe également pour dame. Je te conseille les Speed Instinct qui sont plus « polyvalente » car possédant une semelle moins « oversize » 😉 N’hésite pas si tu as d’autres questions !!

      À très vite sur les sentiers 😉

  2. Merci pour ce compte rendu. N’ayant jamais couru en Hoka mais curieux en ce moment pour la marque, j’hésite entre les speedgoat (l’essai en statique m’a donné bonne impression avec mes semelles ortho) et ces speed instinct, bien que le drop mini avec lequel j’ai couru est 6mm (Adidas Agravic)…Choix difficile donc! J’aimerais me décider rapidement histoire d’être bien chaussé pour le Sancy dans un mois!

    • Bonjour Bastien, tu trouveras mon test des Speedgoat ici (http://www.sentiersduphoenix.be/hoka-one-one-speedgoat/). Ce sont deux chaussures à la fois différentes et similaires. Différentes car l’épaisseur de la semelle change complètement la perception du terrain. De plus, l’accroche de la Speedgoat est extraordinaire. Similaire car elles ont toutes les deux un excellent amorti même si la Speed Instinct est taillée pour plus de dynamisme et de vitesse. Je conseillerais la Speed Instinct pour tous les trails de montagne jusque 60 km et en plaine jusque 80-90 tandis que la Speedgoat sera la compagne des Ultra. N’hésite pas si tu as d’autres questions. A très vite sur les sentiers !

  3. J’ai testé aujourd’hui le modèle, je suis habitué au speedGoat et la transition me semble difficile. Je la trouve raide, et le pied à vite chaud. On verra à l’usage, mais as-tu senti un effet SAUNA dans la chaussure ? Les speedgoat respire plus j’ai l’impression

    • Bonjour Ben, laisse leur 2-3 sorties pour qu’elles se fassent à ton pied. Concernant la chaleur, c’est vrai que par ce temps, elles conservent pas mal la chaleur. Personnellement, je ne trouve pas ça dérangeant et je n’ai jamais connu cet effet sauna. Après, malheureusement, le ressenti d’une chaussure reste personnel. N’hésite pas si tu as d’autres questions ;).

      • Je vais voir avec le temps. Merci pour ta réponse. En tt cas elle taille pas exactement pareil que les speedgoat. Elles sont légèrement plus grande. Vas-tu faire un test sur les nouvelles Mafate speed ?

  4. De retour de la première sortie avec les speed instinct. Séance de PMA 12x3min/1min30recup en côtes variées. (Ça pique!)

    J’ai commencé par 25min de route tranquille histoire de m’échauffer et de tester les premières sensations des hoka. Déjà le confort d’accueil est top, sincèrement! Et je n’avais jamais couru en Hoka… Le drop de 3mm ne m’a posé aucun soucis bien qu’habitué à plus (le mini que j’ai habituellement est 6mm sur mes Adidas agravic), je précise que je ne talonne pas. Le maintien est très bon (j’ai utilisé tous les œillets, mêmes les doubles du coup de pied) et la chaussure se fait oublier.

    Ensuite les côtes, franchement c’est précis, léger et accrocheur. Aucune gêne et des relances incroyables. Les sensations m’ont même fait penser au tartan sur certains faux plats que j’ai eu plaisir à dérouler à bonne allure!

    La stabilité en descente est un point à vérifier car la semelle arrondie (latéralement) m’a obligé à etre concentré . Mais pour peu que l’on « joue » un peu avec le terrain en dynamisme rien à dire, ça descend bien!
    La languette a eu tendance à légèrement tourner vers l’extérieur mais un serrage approprié a réglé le problème.

    15kms après je suis conquis! Aucune douleur, plaisir à redescendre les bois pour rentrer sans fatigue musculaire (autre que celle de la séance!!) et avec le sentiment d’avoir trouvé une excellente compagne!

  5. Bonjour, pour les possesseurs de salomon (ou autre), pouvez-vous me donner votre pointure salomon et celle que vous avez prise pour les hoka speed instinct? Impossible de les trouver en magasin donc il faut que je les commande. Merci! Bernard

  6. Bonjour Julien , article très intéressant ,pense tu que la Hoka speed instinct ferais l’affaire pour l’Eco trail de Paris sur le 80 km

    • C’est toujours difficile à dire. Cela dépend de tellement de paramètre. A priori si tu as les jambes pour accuser la fatigue liée au faible drop et à l’amorti plus léger sur l’avant-pied, je dirais que c’est totalement faisable. Maintenant, le Macadam n’est pas trop l’ami des Speed Instinct 😉

    • Recommander ou pas une chaussure pour telle ou telle course? C’est toujours la plus dangereuse question. A priori, toutes les chaussures peuvent être recommandées pour n’importe quelle course. Donc, je dirais que la Hoka Speed Instinct pourrait faire l’affaire comme elle ne le pourrait pas ;). Je pense qu’il faut se faire son idée mais sur papier. Je dirais que cette chaussure pourrait faire l’affaire pour des distances allant jusqu’à 80km 😉

  7. salut, en terme de taille, tu as pris a meme que les speedgoat ? pas evident chez hoka, 44 2/3 en challenger et 45 1/3 en speedgoat tellement le chaussant est etroit ! merci

  8. Bonjour, je suis tombe par hasard sur ces chaussures lors de soldes. A la vue des tests je les ai achetées le lendemain. Confiant.
    Testées par 2 fois sur 12kms puis 15kms, en entraînement chemins, et cotes, malheureusement retour en magasin. En effet j,ai ressenti et je ressens encore des douleurs sous l’avant pied gauche. Grosse déception. Je les trouvais vraiment sympa, légères, souples. Mais ce pb est inédit pour moi et vraiment handicapant. Je suis partage entre un pb de qualité sur la chaussure mais le vendeur n’a rien vu de spécial ou un pb de mon coté. L’asymétrie et le caractère inédit, l’intensité de la douleur, arrivant très tôt, avant le premier kms parcouru me fait pencher sur un pb coté chaussure.
    Toujours est-il que je retourne au magasin cet après-midi pour trouver une autre paire, je ne me sens pas de continuer avec ce modèle. HOKA n’ayant pas confirmé un pb technique connu, je ne vais pas prendre le risque de faire un échange sur le même modèle.

    Michael

    • Je n’ai jamais entendu ce genre de problème chez Les personnes qui courent avec ! Je pense qu’il n’y a que deux explications : vu qu’il y a asymétrie dans la douleur, le problème vient de votre côté au niveau biomecanique, soit cette chaussure n’est tout simplement Pas adaptée à votre pied !

      • sûrement. Après discussion avec le vendeur je repars sur du Saucony. Perigrine. Déçu mais oui peut être qu’elles n’étaient pas pour mes pieds.

Laisser un commentaire