Mon rêve d’Himalaya…

2

J’ai un rêve ; celui des montagnes qui touchent les cieux, celui où l’albâtre et l’azur happent les hommes de leur beauté mortelle. J’ai un rêve de fouler l’éther dissolu et me jouer des Dieux. J’ai un rêve où chaque pas est une vie mais où chaque vie n’est qu’un pas. Un rêve parfois mortel, toujours radieux; mon rêve d’Himalaya…

Un jour…

Aujourd’hui, à l’heure où j’écris ces lignes, je n’ai que le fantasme et la puissance des mots pour évoquer cette terre lointaine et magnifique qu’est le Népal et sa plus célèbre montagne, l’Everest. Cette montagne, (ou plutôt devrais-je dire) ces montagnes m’attirent irrémédiablement. Elles font partie de ces lieux où je me dis « un jour, j’irai »… Je n’aime habituellement pas trop me projeter mais dans ces montagnes-là, j’irai un jour ! C’est sûr !

Je sais que je n’aurai sans doute jamais les moyens pour monter au dessus de la plus haute montagne du monde ; moyens certes financiers mais surtout et essentiellement physiques. Je ne pense en effet pas avoir les capacités physiques d’y grimper… sans oxygène. Je ne suis qu’un novice en alpinisme, je reste surtout un doux contemplateur des montagnes. Pourtant, je trouve que l’apport d’oxygène est une agression à l’esprit de la Montagne. On brave l’interdit ou plutôt l’avertissement de la Montagne. Seuls quelques uns sont admis dans le sanctuaire des 8000m… C’est très bien ainsi…

By Thomas Fuhrmann - Own work, CC BY-SA 3.0,
Panoramic view of Sagarmatha National Park-Gorak Shep to Pheriche. Khumbu icefall and Mount Everest are on the right side of the picture. By Thomas Fuhrmann – CC BY-SA 3.0

Un sommet, une vie

Cela ne m’empêche pas d’avoir une attirance quasi mystique pour ces montagnes. Pouvoir contempler la silhouette magnifique et terrifiante de Sagarmāthā , évoluer dans ces montagnes aussi rudes que grandioses, pouvoir toucher du doigt ce rêve serait déjà un aboutissement extraordinaire… Atteindre le toit du monde se mérite et peu de personne l’acquiert. Malgré cela, chacun peut rêver à son Everest.

By Anju Sherpa (Own work) CC BY-SA 3.0
By Anju Sherpa (Own work) CC BY-SA 3.0

Chacun est libre de regarder le sommet qu’il veut atteindre qu’il soit physique ou symbolique…

Sentir la raréfaction de l’air, ressentir chaque pas devenir de plus en plus lourd, avoir froid, être frappé par la beauté de ces lieux inhumains, m’imprégner de cette terre remplie de spiritualité, tous ces sentiments, toutes ses sensations nous font sentir davantage vivant. L’Himalaya vous prend aux tripes et vous marquent aux fers rouges. Demandez à vos connaissances parties là-bas, elles sont toutes revenues avec un lien inaltérable pour cette terre sacrée.

Malgré la dangerosité de ces lieux, j’ai le sentiment profond que chaque homme, chaque femme peut y trouver plus que la simple satisfaction d’un désir égoïste. Dans ces montagnes, plus encore qu’ailleurs, je suis convaincu que l’on a rendez-vous avec ses peurs les plus enfouies, avec ses forces les plus extraordinaires, avec ses sensations les plus extrêmes, bref avec son être le plus profond. Choisir un sommet au Népal, c’est choisir une nouvelle vie. Choisir de se transformer et de changer son être et sa connexion avec notre monde.

Mon rêve d'Himalaya
© Laurent Vivien-Raguet

Mon rêve d’Himalaya

J’ai trouvé le mien ! Mon rêve d’Himalaya sera, dans un premier temps, l’Island Peak. Je ne sais pas quand j’aurai l’occasion de fouler son sommet mais je sais que je le foulerai un jour ! La vie est faite d’objectifs, n’est ce pas ? L’Island Peak ou Imja Tsé est le « Trekking Peak » le plus célèbre de l’Himalaya. Les trekkings peaks sont des sommets de moins de 7000m accessibles par toute personne ayant un minimum d’expérience en montagne.

Terres d’Aventure proposent justement ce sommet dans le cadre d’un trekking au Népal. Ce dernier, en plus du sommet, propose surtout une découverte du Khumbu, terre grandiose des Sherpas. Avec une progression régulière, le Trek nous mène vers les plus beaux points de vue sur l’Everest, Renjo Pass, Gokyo Ri, Kala Pattar ou encore Kongma La…

L’éblouissement est total, le dépaysement complet.

Pour couronner cette progression mystique en Himalaya, le trekking offre la possibilité de gravir l’Imja Tsé où l’on peut goûter à l’air raréfié, aux pas lourds et pesants de l’ascension, mais surtout à cette attraction sommitale propre aux himalayistes…

Informations

Terres d'Aventue

 

L’équipe Terdav

Depuis 1976, nous explorons le monde à pied avec une curiosité insatiable et une passion intacte. Silences des déserts, chemins de terre, sommets mythiques, fêtes du monde… nous aimons la planète et ceux qui la peuplent.

Les sourires du bout du monde et les lumières des grands espaces guident nos pas et la conception de nos voyages. Conseillers, concepteurs de voyages, guides, partenaires… tous les collaborateurs Terdav sont animés de la même volonté : placer votre voyage sous le signe de l’inoubliable et du partage, dans le respect de vos hôtes et de l’environnement.

Island Peak (6189 m)

Au cœur du massif de l’Everest, l’Island Peak révèle un panorama grandiose : Lhotse (8516m), Makalu (8463m), Baruntse (7720m), Ama Dablam (6856m).

Ce très bel objectif peut être l’apogée de la découverte du Khumbu pour tout « montagnard » motivé, maîtrisant les bases de l’alpinisme. Un trekking préalable en lodge à travers les hauts cols du Pays sherpa sera la préparation idéale pour s’acclimater à l’altitude et faire connaissance avec les prestigieux sommets du Toit du Monde.

Le Renjo Pass, le Gokyo Ri, le Cho La, le Kala Pattar, le Kongma La, les nombreux villages et enfin, l’Island Peak… autant de points forts dans ce superbe voyage à la rencontre du Pays sherpa et de la convivialité de ses hôtes.

Vers le détail du TREK

Cet article est sponsorisé.

2 Commentaires

  1. Oh! c’est un de mes rêves aussi d’aller à l’Himalaya, de monter au plus haut et de se trouver au dessus de tout, mais bon, ça reste un rêve comme ça se trouve à l’autre bout du monde.

Laisser un commentaire