MicroAventure hivernale – Grande Forêt de Saint-Hubert

0

La Grande Forêt de Saint-Hubert s’est paré d’albâtre et a enfilé son habit d’hiver. C’est l’occasion rêvée pour explorer l’Ardenne dans une ambiance polaire. Un épais manteau neigeux, un feu de camps et un froid vif sont les ingrédients parfait pour une microaventure inoubliable. Suivez-moi et partons à l’aventure !


#MicroAventure

L’Aventure est un état d’esprit…

Cela fait plusieurs mois maintenant que je vous accueille sur le blog avec ce mantra, mon mantra. Planifiant mes projets et objectifs futurs, je suis tombé sur un article consacré à Alaistair Humphreys. Cet anglais de 36 ans a déjà roulé sa bosse aux quatre coins du monde : Marathon des Sables, Tour du monde en vélo, traversée de l’Islande, traversée de l’atlantique à la rame,…

Pourtant en 2011, il décide de rester en Grande Bretagne pour vivre des aventures ou plus exactement des microaventures. Selon lui,  l’aventure ne se trouve pas seulement au sommet des plus hautes montagnes. L’aventure est avant tout un état d’esprit.

Toutes ces choses qui bousculent votre quotidien et vous fascinent constituent les prémisses de votre aventure.

Passer un weekend en bivouac, faire une course, prendre la voiture ou le train pour aller se promener le long d’une rivière, toutes ces petites choses permettent de briser la routine et de sortir de sa zone de confort. La question du temps ne compte plus. Quelques heures, une journée, un weekend suffisent pour vivre ses microaventures….

microaventure hivernale


MicroAventure hivernale dans la Grande Forêt de Saint-Hubert

Une fuite, la vie dans les bois ? La fuite est le nom que les gens ensablés dans les fondrières de l’habitude donnent à l’élan vital. Un jeu ? assurément !

– Sylvain Tesson

microaventure hivernale

Besoin de Nature

En ce début d’année 2017, j’ai un véritable besoin de me reconnecter à la Nature. Ce n’est pas faute de n’être jamais dehors. J’ai la chance de pouvoir courir dans une magnifique forêt à côté de la maison, d’aller couper mon bois de chauffage et d’avoir un cheval. Bref, je n’ai que des incitations à vivre la majorité du temps en extérieur.

Malgré cela, je ressentais le besoin de ressentir la forêt, de contempler cette nature qui m’entoure et de sortir de ma zone de confort ! Bref, j’avais envie de vivre une aventure. L’idée de faire un bivouac hivernal s’est alors tout naturellement imposé de lui-même. Le programme était simple : une randonnée de 40km sur deux jours, un bivouac et une soirée autour d’un feu de camps avec quelques bières…

Dans ma conception du monde, cela se rapproche très fort du paradis. Vous ne trouvez pas ?

microaventure hivernale

Un petit air de Sibérie…

Quand la neige a commencé à s’abattre sur les hauteurs de l’Ardenne, j’ai vu cela comme une véritable bénédiction. Nous allions avoir le petit plus météorologique qui allait transformer notre randonnée en petite expédition nordique :D. En effet, en quelques jours, la neige a drapé d’albâtre l’ensemble des plateaux ardennais leur donnant un petit air de Sibérie.

microaventure hivernale

Pour cette Microaventure hivernale, nous avons pris la direction de la Grande Forêt de Saint-Hubert.  Entre zones tourbeuses (fagnes), forêts, fonds de vallée humide, la Grande forêt de Saint-Hubert invite à découvrir une série d’ambiances bigarrées et fascinantes. Mais plus encore que sa diversité, c’est son immensité qui impressionne. Il est possible de faire des kilomètres et des kilomètres sans voir personne. Je vous en avais d’ailleurs déjà parlé dans un précédent article automnal.

microaventure hivernale

Sur la route, plus nous nous approchions de notre destination, plus la couche de neige s’épaississait. J’avais l’impression d’entrer dans un autre pays. Le paysage se transformait en une monochromie spectaculaire. La neige couvrait dangereusement la route. Nous étions content d’avoir un 4×4 pour braver les routes forestières non dégagées jusqu’à notre point de départ.

Le silence hivernale crie sa domination dans ce décor enchanteur.

Le claquement des portières de la voiture furent les derniers sons artificiels que nous ayons entendu pendant deux jours. Désormais, c’est dans un royaume de glace et de torpeur magnifique, en dehors du temps, que nous pénétrons. Le crissement de nos pieds dans les 30 cm de poudreuses sera la seule mélodie à atteindre nos oreilles pour les 30 heures à venir dans ce silence hivernal absolu.

microaventure hivernale

Et comme pour nous accueillir dans son royaume, la Grande forêt de Saint-Hubert nous permet de croiser la route d’une horde de sangliers fendant la fagne enneigée. Cette rencontre aussi belle soit-elle n’est pas exceptionnelle. C’est même une des richesses de cette forêt ! Extrêmement giboyeuse, elle dispose de toute une série de tours d’observation permettant d’observer la faune sans interférer avec son milieu.

microaventure hivernale

 

Scansion neigeuse

La marche (comme la course à pied) est un métronome de vie, une ascèse spirituelle. Nos pas scandent notre pérégrination forestière. L’introspection s’extériorise dans la contemplation du monde. En ces jours de janvier 2017, au milieu de cette forêt enchanteresse, nous étions devenu en quelques centaines de mètres des anachorètes contemporains.

Marche hivernale, scansion neigeuse rythmant un anachorétisme glacé

Ralenti par l’épaisseur de neige, l’avancée n’en était que plus éprouvante. Haletant, soufflant, nous avancions difficilement. Au dessus de nos têtes le temps changeait rapidement et nous offrait un paysage constamment renouvelé. Les jeux de lumière provoqué par un soleil fugace nous offrait un joyau sylvestre éphémère et magnifique.

Instant présent

Perdus dans ce monde forestier, nous avions totalement déconnectés du monde des hommes.

Marcher dans un univers de glace et de neige vous force à vous concentrer sur l’essentiel : avoir chaud, être au sec et profiter de ce que vous offre la nature. Il y a une forme d’abnégation totale dans la randonnée hivernale. A la manière du trail, j’y ai retrouvé la célébration de l’instant présent.

Ce sentiment fragile – aussi infime soit-il – procure une forme de détachement absolu. La blancheur du monde vous soustrait à la réalité tandis que la météo vous concentre sur l’essentiel. Créant ainsi une parenthèse à la futilité du monde, vous avancez pas après pas sur le chemin de votre existence.

microaventure hivernale

microaventure hivernale

Une nature interdite

Déjà, le soleil décline et offre une dernière offrande lumineuse.

L’atmosphère pastel est presque irréelle. L’Ardenne, ce royaume somptueux et magique, nous signale par ces douces lumières que l’obscurité et la nuit progresse. Il nous faut rapidement trouver un endroit à l’abri du vent pour planter nos tentes. Il ne faut pas négliger les sombres forêts d’Ardenne.

microaventure hivernale

En Belgique, le bivouac est interdit (hormis quelques aires spécialement aménagées). L’esprit scandinave du « droit de nature » est absolument inconnu de nos politiques. Alors que la jouissance de la nature devrait être l’un des rares domaines liberté totale, elle est barricadées encerclées et frappées d’interdiction. Or, la Nature est le berceau de la liberté, notre liberté, comme en témoigne le fameux principe « lockien » du droit de nature. Pourtant en Belgique, ce droit nous est interdit.

D’un autre côté, il n’y a jamais eu d’éducation aux devoirs de respects et protection que nous devons avoir vis-à-vis d’elle. Les exemples ne manquent malheureusement pas comme en témoigne les dégradations survenues sur les aires de bivouac aménagées le long de l’Escapardenne Trail. Cet âpre et désolant constat a été fait par mon collègue Maxime de Trekking et Voyage.com.

Le bivouac que nous avons réalisé est certes interdit. Pourtant, comme l’animal sauvage qui habite ces bois, nous sommes passés et n’avons laissé derrière nous qu’un souvenir désormais impérissable dans nos mémoires.

microaventure hivernale

Feu de camps

Une soirée autour d’un feu de camps remplace tous les gouvernements du monde…

Faire un feu est le premier réflexe de l’homme en pleine nature. Sa chaleur vous réchauffe le corps et vous nourrit l’esprit en convoquant l’essentiel à la lueur du feu. N’est ce pas au sein de son halo de lumière que les plus grandes stratégie des temps passé ont été imaginées ?

microaventure hivernale

J’ai toujours aimé les feux de camps. Je trouve qu’ils symbolisent à eux seuls l’esprit d’aventure. Perdu dans la noirceur forestière, le feu devient le phare guidant nos pensées. Le feu de camps est esthétique. Il vous projette dans un clair-obscur temporaire.

Nous devenons, l’instant d’une soirée, les personnages ténébreux du Caravage !

Et puis, il y a ce moment d’allégresse où, réchauffés après une journée glaciale, l’on sort sa petite flasque d’alcool. La soirée devient alors un spectacle où les rêves, les aspirations et les projets les plus fous voient le jour. Tour à tour pictural ou théâtral, la soirée autour du feu mérite tous ces qualificatifs.

Et puis, hypnotisé par la valse des flammes, les paroles s’envolent pour laisser place au silence. Ce dernier n’est pas honteux mais annonciateur d’une confiance absolue. Il n’y a plus besoin de mots pour se comprendre. Et c’est dans ce respectueux recueillement nocturne que nous gagnons nos duvet pour passer, au chaud, une nuit glaciale et neigeuse.

microaventure hivernale

Retour

Et groggy par le froid matinal, nous rempaquetons notre abris temporaire. Il en aura fallu du courage pour sortir de son duvet et affronter la neige tombée en quantité toute la nuit. Protégés par les arbres, nos tentes furent épargnées. Nous ne savions absolument pas la quantité réellement tombée. C’est donc dans une ignorance complète que nous avons avalé notre café et notre déjeuner de fortune.

microaventure hivernale

Laissant derrière nous la rumeur de notre passage, nous reprenons le chemin de notre aventure et prenons conscience des quantités de neige tombées. En effet, ce sont près de 15 centimètres de neige supplémentaire qui se sont rajoutées aux 40 déjà présents. La progression est lente et éprouvante et nous peinons sous le poids de nos sacs.

La neige s’est accumulée sur les branches d’arbres, le vent l’a collée sur les troncs des arbres et le gel a figé ce tableau monochrome.

Les branches courbes littéralement sous le poids de la neige et nous ne pouvons résister à les libérer de ce fardeau. Se redressant brusquement, elles provoquent des chutes de neige sous lesquelles nous dansons et rions. La neige rappelle à la vitesse de l’éclair la nostalgie de l’enfance.

Malgré la beauté fantasmagorique des paysages, évoluer dans autant de neige, sans raquettes, est éprouvant. J’avais l’impression que plus nous avancions, plus la quantité de neige était importante. Lors des derniers kilomètres, et malgré mon mètre 92, j’avais de la neige au dessus du genou et un cardio aussi haut que quand je cours !

Les heures défilent. Le froid est de plus en plus mordant sans doute à cause de la fatigue accumulée. Pourtant, après un dernière effort à travers un coupe feu, nous rejoignons la route menant à Mochamps, la fin de notre aventure. Arrivés à la voiture, nous sommes affamés et fatigués mais heureux d’avoir toutes ces images gravées dans nos mémoires.

L’aventure n’est pas de chercher quotidiennement l’extraordinaire mais de rendre extraordinaire son quotidien…

microaventure hivernale


Vidéo :

 


Parcours

La Grande Forêt de Saint-Hubert dispose de 1500 kilomètres de balades à la carte. Le parcours que nous avons réalisé est, à peu de choses près, un combiné de trois parcours :

microaventure hivernale


 
Grande forêt de saint Hubert
Pays de Saint Hubert
Visit Ardenne
 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire