Syndrome de l’essuie-glace : soigner avec raison !

10

Le syndrome de l’essuie-glace, de la bandelette ilio-tibiale ou encore tendinite du tenseur du fascia-lata, plein de noms pour une pathologie que beaucoup de coureurs connaissent au moins une fois dans leur vie ! Toujours insidieux, il ne se fait pas attendre et apparaît souvent sans raison apparente laissant le coureur dans une aporie des plus problématiques ! Je vais tenter d’aborder le problème avec la raison comme outil.

Préambule : avec raison ?

Je tiens à préciser que ce qui sera exprimé dans cet article provient principalement de ma propre expérience et ne remplace pas un avis médical.

L’objectif de cet article est d’être pensé rationnellement. Je vais vous exposer les raisons qui m’ont permis de déterminer MON protocole de soin lorsque ce syndrome survient chez moi.

Le raisonnement, plus que le protocole lui-même, vous sera utile pour la simple et bonne raison que chaque pathologie, chaque coureur possède des paramètres qui diffèrent et ne peuvent pas fonder un seul et unique protocole de soin.

De la même manière, je vulgariserai pas mal de points. Je m’excuse d’avance auprès de mes lecteurs du domaine de la santé s’il y a des approximations anatomiques mais on n’est pas en médecine ;).

Qu’est ce que le syndrome du Fascia-Lata ?

Ce syndrome est une inflammation de la partie tendineuse du muscle tenseur du fascia-lata (TFL), autrement dit, une tendinite. Il faut savoir que le corps humain est une merveille de technologie sauf peut-être en ce qui concerne le TFL.

Ce muscle prend son encrage au niveau de l’os iliaque. En caricaturant, il prend naissance juste en dessous de la face externe de la hanche. Il devient rapidement tendineux pour devenir une bandelette qui longe toute la cuisse, passe l’articulation du genou pour venir s’ancrer sur le tibia.

http://www.newhealthguide.org:Tensor-Fasciae-Latae-Pain.html
Source : http://www.newhealthguide.org:Tensor-Fasciae-Latae-Pain.html

C’est sur ce point que je trouve notre corps mal foutu. En effet, cette bandelette passe au dessus de l’articulation. « L’appellation « syndrome de l’essuie glace » vient du fait, qu’en extension du genou, la bandelette ilio-tibiale est située en avant de la tubérosité du condyle externe, et qu’en flexion, celle ci glisse sous le condyle externe à la manière d’un essuie glace. » (Source)

fascia-lata

De base, cette bandelette passe juste au dessus de l’épicondyle fémoral sans poser de problème. Le fameux syndrome apparaît lorsqu’il y a frottement sur ce dernier. Le tendon s’enflamme et c’est le début de la galère. En effet, toute la problématique de ce syndrome est d’apparaître après un certain nombre de kilomètres ou après une durée déterminée… Au quotidien, il n’y a généralement pas de douleurs et comble du paradoxe les sports impliquant de la course irrégulière (basket, tennis, sports collectifs,…) ne provoquent parfois même pas la douleur.

Les causes ?

La première question est d’essayer de déterminer ce qui a provoqué ce frottement puisque de base ce frottement n’a pas lieu. Malgré tout, cette première question est la plus complexe.

Cela peut être provoqué par la fatigue, les chaussures, la posture, la biomécanique, trouble statique, … Les causes sont multiples et variées.

Traitement

Comme la maladie est insidieuse, il est parfois extrêmement compliqué de déterminer l’origine du problème et ainsi l’endiguer. On connaît tous des coureurs qui traînent cette crasse depuis des semaines, des mois voire même des années sans jamais avoir réussi à l’endiguer.

Raisonnement à adopter

  • Être certain qu’il s’agit bien d’une TFL

Cela peut paraître bête mais la douleur du TFL se situent sur la face externe du genou. Elle peut être confondue avec d’autres pathologies du genou. La consultation d’un médecin du sport est donc nécessaire s’il y a le moindre doute !

Néanmoins, il y a un test facile à réaliser. Il suffit de presser au niveau condyle fémorale (+- 3 cm au dessus « creux » de l’articulation) tout en réalisant des flexions du genou en position unipodale. Si la douleur est présente, il y a de fortes présomptions que cela soit une TFL.

  • Tendinite = Soin

Vous êtes sur que vous avez une TFL. La première chose à faire est de soigner l’inflammation avant tout autre chose. Concernant le protocole, je vous redirige auprès de votre praticien. Personnellement, je n’applique pas, ni ne prends aucun anti-inflammatoire. Je me contente de boire beaucoup et de pratiquer des étirements :

etirement-fessiers-644388 s_tensor

  • Vérifier les chaussures

Avant de courir chez le Kiné, l’ostéo, le podologue etc etc, vérifiez que vos chaussures ne sont pas correctrices (chaussure pour pronateur vs supinateur). Si elles le sont, avant de faire quoique ce soit, réessayez de courir avec des chaussures neutres.

J’ai personnellement développé une TFL parce que je portais des chaussures pour pronateur. La mauvaise position que me donnaient les chaussures ont véritablement pousser le déclenchement du syndrome.

Dans ce cas-là, un simple changement de chaussure pourra éloigner le mal.

  • Musculation

Dans la même optique, si ce ne sont pas vos chaussures, il peut s’agit « simplement » d’un signe que votre corps envoie car  anormalement fatigué. La course à pied est traumatisante. Le non-respect des phases de récupération ou tout simplement la fatigue peut être à l’origine du mal.

En effet, quand un muscle est fatigué, il perd de son pouvoir dynamique. Il devient plus raide d’où l’importance des étirements. Le TFL, on l’a vu, est particulièrement « mal foutu » puisqu’il passe au dessus du condyle fémorale externe. Or, pour le faire passer au dessus sans frotter, il faut maintenir ce tendon tendu.

Soyons logique, qu’est ce qui peut maintenir ce tendon en tension ? Il y a bien évidemment un TFL détendu et bien soupple mais plus que ça, c’est l’entièreté de la jambe qui maintient cette tension. Le quadri et les ischios en première place.

Dans mon cas, quand j’attrapais une TFL, il s’agissait « simplement » d’un déséquilibre musculaire au niveau de la jambe qu’un peu de musculation suffisait à éliminer. Pour ce faire, il suffit de travailler les quadris et les ischios en résistance. Même si l’utilisation de machine est préférable pour accentuer le travail avec un peu de poids. Il est tout à fait possible de réaliser ces exercices chez soi. Pour le quadri, il suffit de tendre la jambe assis pendant 30s à 1minutes. On fait 5 à 8 répétitions en alternant les jambes. Pour les ischios, vous pouvez vous contentez de les contracter pendant 30s et faire le même nombre de répétitions.

Ces exercices seront réalisés 3 fois par jour pendant 2 à 3 semaines. Avec un peu de chance, votre TFL sera un mauvais souvenir. Dans le cas contraire, il faut passer à l’étape supérieure :

  • Les praticiens

Vous avez passé toutes ces étapes sans succès. Votre TFL vous pourrit toujours la vie? Dans ce cas, il sera nécessaire de passer par la case des différents praticiens. Là encore, le raisonnement est de mise.

Comme nous l’avons déjà dit à plusieurs reprises, cette TFL est un problème biomécanique. Dans cette optique, je pense qu’après avoir vu votre médecin du sport. Le plus intéressant serait de passer chez l’ostéopathe qui rééquilibrera votre corps et votre esprit. Là encore, il faudra découvrir votre ostéopathe car il n’y a pas une mais plusieurs ostéopathies.

Si les troubles persistent, je pense qu’une étude plus approfondie de votre problème sera nécessaire et que les podologues et les kinés deviendront vos meilleurs amis ! N’oubliez pas non plus l’acuponcture qui a fait des miracles chez certaines connaissances.

En conclusion

Ce syndrome est vraiment l’un des plus frustrants dans la vie d’un coureur. Agir avec raison et systématisme me semble être la meilleure optique afin d’en venir à bout.

Personnellement, mon protocole se réduit à faire un peu d’étirement et de la musculation quand le mal s’immisce mais encore une fois chacun sera différent. N’oubliez pas non plus que votre technique de course peut jouer.

J’espère cependant que les quelques pistes de réflexions de cet article vous seront utiles.

Sources :

  • http://www.lumen.luc.edu/lumen/meded/grossanatomy/dissector/mml/tfl.htm
  • http://www.etudiant-podologie.fr/index.php/fiches/106-anat-physio/550-anatomie-et-physiologie-du-deltoide-fessier-et-du-tractus-ilio-tibial-bandelette-ilio-tibiale

 

10 Commentaires

  1. Merci pour cet excellent article. J’ai ressenti une douleur sur la face externe du genou hier en revenant de la Transmolignée et j’ai tout de suite pensé « oh non, pas cette crasse de syndrome de l’essuie glace ». Pour l’instant, repos, étirement et beaucoup d’eau, comme tu le recommandes !

  2. Votre article est plus qu’intéressant, je traîne cette douleur depuis plus de deux mois sachant que j’ai commencé la course à pied début juin, le TLF m’a rapidement causé des soucis, après 1 semaine de repos, glaçon, crème Mobilisin et étiremments, les entraînements se passent mieux même si je ressent après 6 km une légère gène mais nettement moins douloureuse qu’il y a deux mois, j’espère que maintenant, c’est pour un mieux. Merci d’avoir partagé votre expérience.

  3. Personnellement j’ai eux ce problème. La solution qui semble marcher jusqu’ici sont les ondes de chocs chez un kinés spécialiste du sport et qui à sont cabinet dans le club de l’ancienne N°1 mondial de tennis. Certain kinés ne sont pas pour les onde de choc mais personnellement au bout de 18 séances forcé de constater que cela fonctionne. Tout les kinés n’ont pas ce matériel car il est coûteux et voila pourquoi cette solution est peux connue. L’ ostéopathe me semble aussi une bonne solution, Si l’ostéo connais la problématique. Et la j’ai aucune solution pour trouver cette perle. A quand un annuaire de recherche avec spécialiste et leur pathologie qui reprendrai toutes les professionnels répertorié en fonction de leur spécialités et geolocalisable bien sur?

  4. Bonjour, Nous sommes pour la plupart des Traileurs… donc on saute, on fait des bonds, on se receptionne plus ou moins bien…. Et bcp d’entres nous avons une silouhette plutôt longiligne. Notre ossature bouge en permanence. Et qqs fois se bloque. On a pratiquement tous connu des pbs de lombalgies. Et hop Osthéo… Mais savez vous que notre Péroné bouge aussi. L’avant bras et le bas de la jambe ont la « même » structure. Un os fixe et un autre qui « bouge ». Le tibia assure la liaison fixe entre le genou et la cheville. Le Péroné, lui, lorsque qu’il subit des contraintes peut se mettre en butée haute. Et, j’en arrive enfin à notre sujet, appui sur le TFL. La « pointe » haute du péroné se met à frotter sur le TFL d’un seul coup et commence à engendrer une gêne, puis douleur. Demandez à votre Osthéo de vous apprendre à remettre votre péroné en place. Sinon essayez de placer votre main derrière le genou en position debout puis vous faites comme pour l’étirement du quadriceps (le flamand rose) de façon assez active. Si vous entendez un petit « clac », le péroné s’est remis en place.
    ça fait des années que je fais ça. ça m’arrive même pendant que je cours.

  5. Merci beaucoup pour cet article !
    J’ai fait pas mal de test, mais pas celui de recourir avec des chaussures neutres, ou de muscler ischios / quadri. Fingers Crossed 🙂

  6. Bonjour, depuis le 20/09/16, suite à un semi où je m’étais mal préparée (je ne faisais jamais plus de 12km) j’ai ressentie cette douleur… affreux, impossible de descendre les marches etc… ca a commencé par le genou gauche puis le droit. Du coup repos et j’ai re essayé de courir mais la douleur revenait au bout d’un km. Le doc m’a mis sous anti-inflammatoire et m’a fait passer une échographie mais on ne voit rien. J’ai vue l’ostéopathe qui m’a remis le péroné en place, j’ai pu courir 7kms sur tapis sans aucune douleur. J’ai réessayé de courir en extérieur aujourd’hui et re belote les deux genoux m’ont fait mal et là c’est de nouveau très difficile de descendre les escaliers et dla marche est douloureuse. Retour chez osteo cette après midi et Kobe demain, il m’a parlé de physiothérapie. Avez vous d’autres pistes? Je n’en peux plus et je voulais faire un semi relais en avril…
    Merci! Toute aide est la bienvenue!

    • Teste le renforcement des quadris. Dès que possible, tend la jambe et maintien 1-2 minutes et puis tu relâches. Tu fais ça pendant 2-3 semaines avec étirements des fessiers 😉 Tu devrais voir la différence.

  7. Bonsoir, je vais me mettre aux exercices!! J’ai vue un doc du sport et il en ressort qu’effectivement je manque de quadriceps, d’ischios et d’adducteur. Donc renforcement et étirements des pieds car je manque de mobilité.
    Merci pour vos conseils!

Laisser un commentaire