Voyage dans les Alpes – Episode 2

0

Notre première escapade alpine nous a tellement plu que nous avons décidé d’y retourner mais cette fois-ci dans une pure optique de vacances. Cela signifie qu’il n’y avait aucune course prévue juste le plaisir de marcher et courir dans la Montagne et elle nous l’a bien rendu !

Notre première incursion dans la vallée de Chamonix a été marquée par une météo dantesque qui ne nous avait heureusement pas trop handicapés au début de notre séjour. Par contre,alors que nous devions nous rendre en Suisse, la dégradation a été telle que nous avons été obligés de migrer en Ubaye pour trouver du beau temps. Cette fois-ci, le soleil était de la partie et ne nous a pratiquement pas quitté. Durant ce séjour d’un peu moins d’une semaine, nous avons fait trois randonnées d’une journée et le dernier jour, je l’ai consacré à aller courir dans la montagne.

Glacier d’Argentière (11,1 km et 940 D+ et D-)

La première balade que nous avons faite doit nous conduire au glacier en suivant le parcours de Randos Mont Blanc. Le départ se donne à la station de télésiège d’Argentière. Cependant, des travaux de modernisations bloquaient le chemin prévu. Nous avons tenté de longé le chemin initial mais nous nous sommes perdus dans les rochers nous obligeant à rebrousser chemin.

10601727_1443814235902155_2095135442_n 10598231_1480140145560776_1776695220_n

Avec les travaux, cette randonnée perd beaucoup de son charme car elle se résout à un trajet aller-retour et non plus une boucle. Et le chemin à emprunter, sans être moche loin de là, est un peu monotone. En effet, il serpente sur près de 600m de D+ dans les bois réduisant fortement la visibilité sur la vallée pour finalement nous amener au pieds des pistes de ski du Grand Montet. De là, il reste à gravir 350D+ jusqu’au Glacier d’Argentière.

10593434_670123913078085_808798476_n 10601936_847330138612965_501792012_n

10522845_306868946151442_1328393897_n

J’ai été un peu déçu par cette randonnée de part la déviation obligée par les travaux mais également par le nombre de personnes la parcourant. C’est un glacier finalement facilement accessible avec le téléphérique et de nombreuses familles s’y rendent. J’aurais aimé y retrouver la solitude qui sied à la vue d’un Glacier mais cela n’a pas été le cas. De plus, la deuxième partie de la randonnée de la station de téléphérique jusqu’au Glacier n’est pas la plus époustouflante de la vallée.

Je conseillerais donc cette randonnée au famille ou au groupe ayant peu de temps mais qui souhaite toucher du bout des doigts l’univers de la haute montagne. Il y a moyen de s’en mettre plein la vue sans trop d’effort. La contre-partie de cela est le haut taux de fréquentation. Donc, il vaut mieux passer son chemin si vous êtes en quête de silence et de pure contemplation.

Moves :

Notre petite escapade dans les rochers

Glacier d’Argentière – Aller

Glacier d’Argentière – Retour

Glacier du Tour et Refuge Albert 1er (10km et 540 D+ et 1188 D-)

Le lendemain, nous restons dans cette optique glacière puisque nous décidons de rejoindre le refuge Albert 1er au départ de Montroc et ainsi pouvoir contempler le Glacier homonyme. Encore une fois, on se base sur une randonnée de Randos-Mont Blanc. Compte tenu de la fatigue de ma copine, nous décidons de réduire l’ascension en prenant les remontées mécaniques jusqu’au col de Balme.

10597364_554036248052551_189127592_n 925606_604962016285813_1474878378_n

Le sentier, en balcon, qui nous mène jusqu’au Refuge Albert 1er est magnifique. Il offre une vue sans pareil sur le Mont Blanc. A chaque pas, où que l’on tourne son regard, un paysage en cinémascope magnifique s’offre à nous. C’est sans compter l’approche du Glacier : EPOUSTOUFLANT. Déjà à ce point là, je savais que cette randonnée serait une des plus belles de la vallée.

10424476_666074963477022_1034322498_n 10584758_433832250092018_806090406_n 10569979_480374578732961_484910924_n 10597486_1463088403949310_690325545_n

Une telle beauté a toujours dont de faire monter en moi : la folie. Enfin non, ce n’est pas vrai, je n’ai même pas besoin de cela. Donc, en pleine ascension, j’ai été pris par une envie irrépressible de faire un #monkeytrail dont vous trouverez la raison ici.

Par contre, la dernière partie de cette ascension est assez pentue demandant un effort assez conséquent faisant passer clairement cette randonnée d’un niveau facile à moyen (voire difficile pour les enfants). Mais qu’importe, le spectacle une fois le refuge atteint est merveilleux ! La vue sur la vallée et le Glacier est absolument splendide. On y resterait des heures :

10593338_1458734344386414_320306000_n 10561000_1435872646701491_1228421642_n 10576100_1447722452159571_1848805217_n 10560947_289362254569690_944541308_n

Pour redescendre, nous avons choisi l’alternative proposée par le site Randos-Mont Blanc à savoir qu’au lieu de redescendre par le même chemin, nous avons descendu tout droit par une arrête menant de manière assez escarpée et scabreuse à Montroc. Cette alternative n’est vraiment pas à faire avec des enfants ou des personnes ayant le vertige car certains passages sont franchement difficiles à franchir. Il faut déjà un bon niveau et je dirais qu’à refaire, on serait monté par là car cela doit être plus « facile » à monter.

10601703_286686574850792_83504334_n 10561135_1446763625602532_508862966_n

Moves :

Glacier du Tour – Aller

Glacier du Tour -Retour

Plan Praz – Lacs Cornu et Noir – La Flégère (9,5 km et 700 D+ et 800 D-)

Après une matinée à l’Aiguille du Midi (again), on a voulu profiter de notre pass. Après un rapide arrêt repas à Chamonix, on reprenait le télécabine de l’autre côté de la vallée vers Plan Praz. De là, on s’est rendu vers le lac Cornu et le Lac Noir. L’ascension se fait sans trop de difficulté avec une magnifique vue sur la Mer de Glace et le Mont Blanc de l’autre côté de la vallée. Il y a juste un passage de 100 m assez pentu et au milieu de grosses pierres. C’est ludique plus que dangereux. De là, on domine rapidement le premier lac : le lac Cornu.

10598496_1509534845949831_634870342_n 10597358_509720369158044_1653765235_n

10601761_742157522523026_930906138_n

Pour atteindre le second, on doit traverser un chaos. Celui-ci est assez difficile à franchir à moins que d’avoir de grandes jambes. Après quoi, l’ascension jusqu’au Lac Noire, bien que pentue, ne présente pas de difficulté majeure.  Le panorama change du tout au tout et s’ouvre sur les vallées avoisinantes et jusqu’au Aravis.

891472_1469043510014987_1668847551_n 10597256_791555170885383_23668399_n

10560992_557214941067505_935407713_n

Nous avions décidé de ne pas revenir sur nos pas et de continuer vers La Flégère et reprendre le téléphérique là bas. La descente vers la Flégère n’est pas difficile hormis un minuscule passage équipé de mains courantes.

10560970_330556750435277_1087746566_n 10533284_575837375858839_1010191356_n

Move : 

Plan Praz – Lac Cornu – Lac Noir – La Flégère

Trail : Chamonix – Montenvers (par les Mottets) – Signal Forbes – Plan de l’aiguille – Chamonix (21 km et 1438 D+ et 1425D-)

Le dernier jour sur place, je souhaitais absolument faire une rando que nous avions déjà faite en juillet mais cette fois-ci en course. En effet, suite à mon DNS à Verbier, je n’avais donc jamais expérimenté le Trail dans les Alpes. Il me fallait pour fêter mes deux ans de course à pied que je fasse une sortie.

Je suis donc parti de notre hôtel (en face de la gare de Chamonix) en direction du pieds du téléphérique des Planards. Directement le chemin s’élève et j’ai décidé de faire mon ascension vers Montenvers en passant par le refuge-buvette des Mottets. Cette première partie était très roulante car ils ‘agit d’un chemin carrossable. J’ai été étonné de mon bon rythme sur cette section. J’essayais de relancer dès que possible pour m’entraîner à cela.

Je suis arrivé assez rapidement au Mottet. Là je devais choisir entre deux chemins, j’ai opté pour le mauvais malheureusement. Ultra technique, glissant, et étroit, j’ai perdu beaucoup de temps à évoluer jusque Montenvers. Je suis tout seul ! Quel plaisir de n’avoir la montagne que pour soi ! C’est un plaisir indescriptible. A la gare de Montenvers, personne ! Le premier train et sa horde de touriste n’est pas encore arrivé. J’ai la mer de Glace pour moi tout seul (enfin et un alpiniste 😉 ).

Arrivé là, je connaissais le chemin pour l’avoir déjà parcouru un mois avant. Je monte donc en direction du Signal Forbes par le bon chemin  (nous nous étions trompés et avions pris un chemin beaucoup plus technique). A ce stade, je dois dire que je suis content de mes guiboles. Elles répondent super bien au dénivelé. Tant mieux.

10601777_1449377715337631_1920109055_n 10584631_1509834742582437_187767466_n

10448916_556539574468335_1352962463_n

Paradoxalement, c’est sur le Balcon Nord que je vais avoir le plus difficulté : impossible d’allonger la foulée. Je n’arrive pas à prendre de la vitesse et ça a tendance à m’agacer. D’autant plus qu’en grimpant vers le téléphérique du Plan de l’Aiguille, en plein appui, j’arrive à casser un de mes deux bâtons acheté le lundi… Je râle ! Ils sont neufs, ils n’ont même pas 50km ! Je me dis que directement descendu, j’irai au magasin voir ce qu’ils pourront faire… J’imaginais déjà le pire… Je vous expliquerai plus en détail cette mésaventure dans un prochain billet.

Arrivé au Plan de l’Aiguille, je paie mon manque d’attention dans ma nutrition. Les jambes sont lourdes et la fatigue est là pourtant il faut redescendre ! Cette descente va me paraître interminable. Longue, cassante et glissante, moi qui ait d’habitude le pied sur, je n’arrive pas à allonger et pire, je n’arrive pas à récupérer ! Il y a clairement ici un point à améliorer chez moi : le travail en descente… La Citadelle de Namur ne suffit clairement pas.

Il n’empêche que malgré ces quelques doutes, je profite un max du paysage qui est juste grandiose ! J’arrive ainsi au départ du téléphérique menant à l’Aiguille du Midi. Au compteur, 21 km et presque 1500m de D+ et des souvenirs pleins les yeux !

Move :

Chamonix – Montenvers – Balcon Nord 

Laisser un commentaire