Courir en musique ! Let’s do it !

6

Courir en musique, oui ou non? Dans la communauté des runners, il est de notoriété publique qu’il existe les deux écoles. Loin de vous proposer un plaidoyer pour l’un ou l’autre, je n’ai aucune honte à dire que je cours en musique et ça me fout la patate ! Du bon son, du vent dans le visage, de bonnes bosses et la Nature, pour moi, ça n’a pas de prix. 

De fait, sur toutes mes photos, on peut me voir avec les écouteurs aux oreilles ou pas bien loin. Néanmoins, sur certaines courses (rarement à l’entraînement), j’aime aussi n’entendre rien d’autre que le bruit de mes pas. Et je dois dire que sur les longues courses que j’ai faites dernièrement, ces moments de silence devenaient prédominants et nécessaires.

Cet attrait de la musique durant le sport est très difficile à expliquer. On ne peut pas dire que je n’écoute jamais de musique car, j’ai la chance de pouvoir en écouter au boulot, j’en écoute dans la voiture et en écrivant ces lignes, des guitares m’accompagnent…

Alors pourquoi écouter de la musique? Personnellement, c’est un peu mon EPO légale et mon coach. Lorsque j’ai un petit coup de mou ou que j’ai besoin de me cadencer pour élever l’allure, j’ai toujours quelques morceaux sous la main. En entraînement, cela devient d’ailleurs pratiquement similaire à l’utilisation de la musique au RPM (Lesmills RPM), cela me permet de jouer sur mes rythmes de courses en fonction de la musique.

Je vous mets ici quelques unes de ces bombes d’énergie :

Of mice & Men

Et vous ? Vous courez en musique? Vous écoutez quoi de beau?

Commentaires

6 Commentaires

  1. Quand j’ai commencé la course à pied j’écoutais de la musique. Mais j’avais tendance à caler ma cadence sur la grosse caisse, et avec Metallica, Megadeth ou Slayer ça devenait intenable question allure.
    Ensuite j’ai cherché des morceaux dont le rythme correspondait plus et j’ai couru un moment sur Dire Straits.
    Maintenant je cours sans musique. En forêt c’est sympa, en ville c’est beaucoup moins bien.

    • En France, ici en Belgique, on est tranquille 😀 Et cela n’applique que les courses de la FFA donc pour toutes les autres… De toute façon, je ne cours plus en Musique en compétition depuis bien longtemps. Cet article date de 2013 😉

  2. j’hésite aussi à me passer de musique quand je prends par à un trail longue distance.. les rythmes des musiques ne sont pas toujours calées sur la bonne cadence à adopter en running ( même si j’écoute exclusivement du métal)…

    toujours ma transition médio-pied, je viens de me télécharger une application « métronome » pour travailler la cadence et m’imprégner du bon tempo et l’intégrer définitivement…

    je cours souvent seul et je considère la musique comme un partenaire qui m’accompagne durant mes sorties…c’est différent quand je cours avec mon partenaire habituel…on discute, on partage, on s’encourage…

    en pleine réflexion donc….

    • Je n’écoute plus de musique en course mais il faut bien avouer que sur du long, lorsque la fatigue est là, se réfugier dans la musique peut être réconfortant.

Laisser un commentaire